Emirates Fuites

The Guardian: les EAU sont un centre de blanchiment de l’argent

Une enquête publiée dans le journal britannique The Guardian a décrit les EAU comme le pire endroit au monde pour les crimes de blanchiment d’argent.

L’enquête a révélé que les EAU « sont devenus le centre de l’argent iranien sale dans le secteur immobilier et les zones de libre-échange à Dubaï ».

L’article a souligné que l’émirat de Dubaï avait dépassé  l’île espagnole de la Costa del Crime, qui représente le pire endroit au monde pour le blanchiment d’argent. Les Britanniques avaient dissimulé 16,5 milliards de livres sterling à Dubai.

Segal Mandelker, la sous-secrétaire au Trésor en charge de la lutte contre le financement du terrorisme , s’est rendu aux Émirats arabes unis.

La visite de Mandelker avait pour objectif déclaré « la lutte contre le terrorisme et l’influence déstabilisatrice de l’Iran dans la région et dans le monde » et le renforcement des sanctions imposées à Téhéran.

Mais dans les coulisses, Mandelker s’est rendu aux EAU pour vérifier si l’Iran utilisait les banques émiraties pour le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Le responsable américain a également rencontré les dirigeants de sept grandes banques émiraties et de sociétés de transport, et s’est entretenu avec des responsables du ministère des Finances et de la Banque centrale avant de se rendre en Suisse et en Israël.

Selon des rapports et des statistiques, le commerce extérieur entre l’Iran et les EAU passera par le secteur bancaire des EAU. Les investissements iraniens dans les EAU sont estimés à environ 300 milliards de dollars.

Les emirats arabes unis comptent plus de 8 200 commerçants iraniens et environ 8 000 entreprises iraniennes implantées surtout à Dubaï.

Un rapport du département d’État des Émirats arabes unis classe les Émirats parmi les «principaux pays blanchissant de l’argent».

Une enquête américaine a révélé que Wall Street Exchange, l’une des plus grandes sociétés de transfert d’argent au Moyen-Orient et son siège social à Dubaï, était un centre important de blanchiment d’argent.

La chaîne (ABC) a noté que la société dirigée par Altaf Khanani qui est actuellement emprisonnée dans l’État de Floride, aux États-Unis, a effectué des virements internationaux via des échanges multidevises.

« Le réseau de Al-Khanani blanchit entre 14 et 16 milliards de dollars par an pour les organisations criminelles du monde entier », a déclaré le commissaire adjoint David Stewart.

En Australie, Khanani blanchissait l’argent de la drogue pour les gangs Lone, Wolves, Comancheiro et Becky, ainsi que des personnalités de la mafia libanaise vivant à l’ouest de Sydney.

Al-Khanani a été arrêté au Panama en septembre 2015 par la police américaine. Le département du Trésor américain a imposé des sanctions à sa famille et à ses collaborateurs. Les autorités de Dubaï ont fermé Bursa al-Zarouni.

Leave A Reply

Your email address will not be published.