Emirates Fuites

Israël salue les efforts des EAU pour l’accueil des juifs

Le journal hébreux « Macor Rishon » a salué « l’atmosphère de tolérance » du régime aux Emirats Arabes Unis à l’égard les expatriés juifs.

Le journal a révélé que le gouvernement d’Abou Dhabi permettait au rabbin juif Yehuda Serna d’encadrer des Juifs, en saluant l’atmosphère de tolérance et de la liberté de religion aux Émirats arabes unis.

Le journaliste Yair Atinger a écrit dans une longue enquête publiée dans le journal que « le rabbin juif Yehuda Serna marche avec le kippa dans les rues d’Abu Dhabi.”

« Sirna visite fréquemment les EAU et il est devenu le rabbin de la communauté juive. Sa mission principale est d’aider les jeunes jeunes juifs à retrouver leur identité juive. »

Le président de la Conférence des présidents des grandes organisations juives américaines Stephen M. Greenberg a dit lors d’une visite de quatre jours dans Émirats Arabes Unis (EAU) que « C’était une visite très importante et intéressante et, je pense, stratégiquement importante ».

« Nous avons rencontré des interlocuteurs au plus haut niveau », a dit Stephen M. Greenberg, ajoutant que ses interlocuteurs émiriens lui avaient demandé de ne pas citer de noms. M. Greenberg a déclaré que les dirigeants des Émirats arabes unis étaient également très fiers de constater qu’il existe une communauté juive croissante au sein de cet État musulman modéré. Nous les avons rencontrés. Nous avons présenté le chef de la communauté juive à des ministres importants. »

Malcolm Hoenlein, vice-président exécutif de la Conférence, a salué chaleureusement l’accueil de sa délégation, ajoutant que les Émirats arabes unis tenaient à se présenter comme un adversaire de l’extrémisme islamique. « Ils ont un ministre de la Tolérance », a-t-il dit, ajoutant que les EAU reconnaissaient toutes les minorités religieuses.

Il y a des offices hebdomadaires à la synagogue ad hoc de la communauté à Dubaï, selon Hoenlein. « Ils ont une structure. Ils ont deux rouleaux de Torah. Il y a une fête de Pourim, un seder de Pâque pour 160 personnes là-bas » a-t-il ajouté.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Israël Katz, a déclaré que promouvoir le rapprochement d’Israël avec le monde arabe était sa principale priorité, ajoutant qu’il était « réaliste » de parvenir à des accords de paix formels avec des États sunnites modérés du Golfe d’ici quelques années.

« Mon objectif, avec le plein appui du Premier ministre Benjamin Netanyahu, est de travailler à une normalisation ouverte, de l’étendre et de la rendre publique, et de parvenir à la signature d’accords diplomatiques [de paix] avec les pays du Golfe. C’est le défi, c’est l’objectif », a-t-il dit.

Prenant acte des accords de paix conclus entre Israël, l’Egypte et la Jordanie, Katz a déclaré qu’il était « réaliste » d’espérer une normalisation totale avec les Etats du Golfe « dans les années à venir », même en l’absence d’un accord de paix global avec les Palestiniens.

« Nous n’avons pas de conflits frontaliers. Nous n’avons pas d’autres différences », a-t-il dit. Israël et le monde arabe ont des vues différentes sur la question palestinienne, mais ces arguments ne doivent pas faire obstacle à une détente arabo-israélienne plus large, a-t-il fait observer.

Lors de l’une de ses récentes rencontres avec un haut responsable arabe, Katz a évoqué les relations complexes de Jérusalem avec la Turquie et son président Recep Tayyip Erdogan, critique féroce de la politique israélienne, a-t-il rappelé. « Nous ne l’aimons pas, il ne nous aime pas », a-t-il dit à son interlocuteur. « Il y a évidemment un conflit, mais le commerce avec la Turquie continue de se développer. »

Au Moyen Orient, il y a des ennamis, a poursuivi Katz. « Vous pouvez vous quereller sur une chose et coopérer sur d’autres sujets. Par conséquent, vous, les États du Golfe, n’avez aucune raison de ne pas travailler avec nous sur certaines questions, même si nous ne sommes pas d’accord sur la question palestinienne », a-t-il dit, citant sa conversation avec le haut responsable arabe.

La relation spéciale de Jérusalem avec l’administration américaine actuelle est un autre facteur qui rapproche Israël de ses voisins arabes, a dit Katz. « Bien sûr qu’ils veulent qu’Israël soit un facteur de rapprochement. »

Katz, qui est également ministre du Renseignement, a fait ces remarques lors de sa première comparution devant l’influente commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset. Outre sa brève déclaration introductive, la session s’est tenue à huis clos.

Israël Katz a indiqué suite à sa dernière visite à Abou Dhabi et son entretien avec un haut dirigeant des émirats, il a donné instruction à son ministère d’être en relation avec l’Administration américaine afin qu’Israël soit partie prenante dans la protection des bâtiments qui traversent le Golfe persique et le détroit d’Ormuz.

Le ministre des Affaires étrangères a souligné l’importance stratégique de cette implication israélienne pour freiner l’hégémonie iranienne et renforcer les liens avec les pays du Golfe, selon la politique qu’il mène en collaboration avec le Premier ministre Binyamin Netanyahou.

Selon Yedioth Ahronoth, la normalisation s’inscrit dans le cadre de la stratégie visant à isoler l’Iran et à renforcer les liens avec les États du Golfe.

Ron Ben-Yishai, un analyste militaire du Yedioth Ahronoth, a déclaré qu’Israël avait déjà participé à une conférence organisée par les Etats-Unis, notant qu’Israël fournissait des renseignements sur l’Iran en relation avec la sécurité maritime dans le Golfe.

Cependant, selon Ben Yishai, le principale rôle israélien consiste à sécuriser le trafic maritime à Bab al-Mandab, par le déploiement de navires de guerre israéliens équipés de missiles contre les pirates de la mer Rouge et les Houthis au Yémen.

Les EAU se sont récemment engagés à normaliser ouvertement leurs relations avec l’état hébreux.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yisrael Katz, s’est rendu à Abou Dhabi et a rencontré en secret le prince héritier d’Abou Dhabi, Mohammed bin Zayed.

Katz a rencontré en secret le prince héritier d’Abou Dhabi, Mohammed bin Zayed, pour évoquer « les questions régionales et les relations entre les pays », selon un communiqué émis par le bureau du ministre des Affaires étrangères israélien.

« Je suis ravi de prendre la parole à Abou Dhabi et de représenter les intérêts de l’État d’Israël devant des États arabes du Golfe », a déclaré Yisrael Katz lors de sa visite dans la capitale.

« Nous allons continuer avec le Premier ministre Benyamin Netanyahou à travailler en faveur d’une politique de normalisation en développant les capacités d’Israël, à la fois dans les domaines de la sécurité et du renseignement et dans les divers domaines civils », a-t-il ajouté.

C’est un des défis majeurs de ma fonction de ministre des Affaires étrangères et j’ai l’intention de poursuivre cette politique à l’avenir », a-t-il conclu.

Tel-Aviv a reçu une invitation officielle des Émirats pour participer à l’exposition internationale Expo 2020 à Dubaï.

L’an dernier, du 17 au 20 mai 2018 en marge de la 7e Conférence mondiale du Groupe de travail international (GTI) sur les femmes et le sport à Gaborone, au Botswana Afrique du Sud, Maysa al-Arafi, représentante officielle des Émirats arabes unis, a rencontré son homologue israélien. Jusqu’à présent, plusieurs délégations israéliennes se sont rendues aux EAU.

La ministre israélienne de la Culture Miri Regev s’était rendue aux Emirats en octobre.

Leave A Reply

Your email address will not be published.