Emirates Fuites

L’émir de Dubaï Mohammed Ben Rachid Al-Maktoum face à la justice

La bataille judiciaire qui opposera la princesse Haya Bint Al-Hussein, qui a fuit le pays, à son puissant mari l’émir de Dubaï Mohammed Ben Rachid Al-Maktoum, doit débuter dès la fin juillet. L’audience devrait avoir pour objet de déterminer qui aura la garde de leurs deux enfants, âgés de 7 et 11 ans.

La princesse Haya Bint Al-Hussein de 45 ans, sixième épouse de l’émir de Dubaï Mohammed Ben Rachid Al-Maktoum, a trouvé refuge à Londres après avoir fui la principauté.

Originaire de la famille royale des Hachémites, La princesse Haya est la demi-sœur du roi Abdallah II de Jordanie. Elle est également diplômée de la plus prestigieuse des universités anglaises, Oxford, et pratique avec succès le sport hippique. À moitié britannique par sa mère, Haya Bint Al-Hussein a des liens forts avec le Royaume-Uni. Elle est réputée être proche de la reine Elizabeth.

La princesse Haya Bint Al-Hussein s’est installée dans la maison qu’elle possède sur la très chic allée de Kensington Palace Gardens, dans le centre de la capitale britannique.

Le journal britannique “The Telegraph” a rapporté que la princesse Haya Bint Al-Hussein aurait entamé les démarches pour obtenir le divorce.

James Stewart, avocat des affaires familiales chez la compagnie Pennington Holdings Cooper, basé à Londre a confirmé que « l’affaire du divorce peut être avancée aussi longtemps que la princesse peut prouver qu’elle réside actuellement en Grande-Bretagne ».

Le quotidien britannique Daily Mail a rapporté que les autorités allemandes avaient rejeté la demande de Mohammed bin Rashid de renvoyer sa femme et ses deux enfants à Dubaï.

Les autorités des Émirats arabes unis ont refusé de commenter ce qu’elles considèrent comme une affaire personnelle.

Rada Stirling, directrice de l’ONG Detained in Dubai souligne que « le régime des Emirats Arabes Unis est patriarcale et Sheikh Mohammed bin Rashid, détient un pouvoir absolu ». Rada ajoute également que “la princesse Haya est à la fois victime et témoin car elle avait appris les traitements qu’avait subis la princesse Latifa, l’une des filles de Mohammed Ben Rachid Al-Maktoum.”

Leave A Reply

Your email address will not be published.