Emirates Fuites

Les Emirats soutiennent la politique de la Chine au Xinjiang

Le président chinois Xi Jinping s’est entretenu lundi avec Mohammed ben Zayed, prince héritier d’Abou Dhabi aux Emirats arabes unis (EAU), alors que les deux parties se sont engagées à renforcer le partenariat stratégique global entre les deux pays, selon

l’agence de presse chinoise Xinhua.

Xi a exprimé ses remerciements aux EAU pour leur soutien concernant les questions liées au Xinjiang, tout en indiquant le soutien ferme de la Chine aux efforts des EAU pour lutter contre les extrémistes religieux.

La Chine soutient l’engagement des EAU à la paix et la stabilité régionales, a indiqué Xi.

Mohammed ben Zayed s’est engagé sur le fait que les EAU continueraient à soutenir fermement la Chine dans les affaires liées aux intérêts fondamentaux et aux préoccupations majeures de la Chine.

Il a déclaré que son pays «apprécie hautement les efforts déployés par la Chine pour protéger les droits et les intérêts des minorités ethniques», selon la télévision chinoise CCTV.

 «Les Emirats arabes unis sont disposés à renforcer leur coopération en matière de sécurité avec la Chine, à lutter avec elle contre les forces extrémistes terroristes, dont le  »Mouvement islamique du Turkestan oriental », ainsi qu’à préserver la sécurité nationale et la paix régionale.»

Mi-juillet, 37 pays (dont la Russie, l’Arabie saoudite et l’Algérie) ont écrit à l’ONU pour soutenir Pékin. Elle faisait suite à une lettre de 22 autres nations, principalement occidentales, dénonçant à l’inverse les internements au Xinjiang.

Vingt-deux pays ont envoyé une lettre aux plus hauts responsables de l’ONU en matière de droits humains pour dénoncer les détentions arbitraires en Chine d’Ouïghours.

Vingt-un pays occidentaux et le Japon ont envoyé une lettre aux plus hauts responsables de l’ONU en matière de droits humains pour dénoncer les détentions arbitraires en Chine d’Ouïghours et d’autres minorités dans le Xinjiang.

Ces 22 pays – la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, le Japon, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, le Canada, le Danemark, l’Estonie, la Finlande, l’Islande, l’Irlande, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, l’Espagne, la Suède et la Suisse – ont exhorté Pékin à « s’abstenir de toute détention arbitraire et restriction à la liberté de mouvement des Ouïghours et des autres communautés musulmanes et minoritaires du Xinjiang ».

Des spécialistes des Nations Unies se sont inquiétés d’informations faisant état de l’internement dans des camps chinois de dizaines de milliers, voire d’un million de Ouïghours, ethnie musulmane du Xinjiang, dans l’ouest du pays. L’ONU a appelé à leur libération immédiate.

Dans ses conclusions, le Comité de l’ONU pour l’élimination de la discrimination raciale s’est alarmé des « nombreux cas d’internement d’un grand nombre de Ouïghours et d’autres minorités musulmanes, détenus en secret et souvent pour de longues durées, sans être inculpés ou jugés, sous prétexte de la lutte contre le terrorisme ou l’extrémisme religieux ».

Leave A Reply

Your email address will not be published.