Emirates Fuites

10 ans de prison pour l’ancien conseiller de ben Zayed pour une affaire de pornographie infantile

Vendredi, un tribunal fédéral de l’État de Virginie aux États-Unis a condamné l’ancien conseiller du prince héritier des Émirats arabes unis (EAU), l’homme d’affaires libanais George Nader, à 10 ans de prison pour trafic de sexe et de pornographie enfantine.

Plusieurs médias ont déclaré que «Nader (61 ans) a été condamné après avoir reconnu posséder des produits pornographiques pour mineurs et avoué avoir voyagé avec un enfant de la République tchèque vers les États-Unis, où il l’avait exploité sexuellement».

Après que son jugement fut prononcé, Nader déclara au Washington Post : «Je suis fier de ma vie professionnelle et du travail que j’ai pu faire aux États-Unis, mais je suis sincèrement désolé pour la douleur et la souffrance que j’ai pu causer.»

Le journal a signalé que «des rapports prouvaient que Nader avait accepté de verser 150 mille dollars dans le compte de l’enfant tchèque dont il avait abusé», affirmant que ce dernier était présent, par téléphone, lors de l’audience de vendredi.

Il indiqua également que «la condamnation fut prescrite en fonction d’un arrangement proposé par les procureurs généraux à Nader», soulignant que le juge avait la liberté de proposer une peine plus lourde, surtout que les lois américaines imposent jusqu’à 30 ans de prison dans les cas d’abus sexuels sur mineurs.

L’homme d’affaires américain d’origine libanaise, Georges Nader, témoin dans l’enquête du procureur spécial Robert Mueller sur l’ingérence de la Russie dans l’élection de présidentielle américaine de 2016, a été arrêté à New York pour possession d’images pédopornographiques.

L’arrestation a eu lieu sur la base d’un acte d’accusation remontant à 13 mois, selon lequel Nader avait sur son téléphone portable des images sexuelles d’enfants explicites, alors qu’il était entré aux États-Unis lors d’une visite précédente le 17 janvier 2018.

Le tribunal américain a refusé le versement d’une caution au célèbre homme d’affaires George Nader, conseiller du prince héritier d’Abou Dhabi, affirmant que « les conditions de la libération ne sont pas suffisamment réunies pour assurer la sécurité de la communauté ».

Nader, un Américain de 60 ans d’origine libanaise, a souvent servi de médiateur aux gouvernements du Moyen-Orient et de conseiller au prince héritier des Émirats Arabes Unis, cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan.

L’année dernière, il s’est enfui dans les Émirats après avoir été arrêté en janvier 2018 par le FBI et avoir accepté, dans un premier temps, de coopérer à l’enquête de Mueller sur des allégations d’ingérence étrangère dans l’élection présidentielle de 2016.

Le journal américain New York Times a confirmé que Georges Nader avait été interrogé par le procureur Mueller qui s’intéressait aux velléités présumées des Émirats arabes unis de « s’acheter une influence politique » auprès du président Trump.

Nader s’est joint à de hauts responsables émiriens lors d’une importante réunion des assistants de Trump en décembre 2016, dans le but d’établir des liens étroits avec le nouveau président des États-Unis.

Nader avait aidé à organiser une rencontre, aux Seychelles en janvier 2017, entre Erik Prince, un partisan de Donald Trump qui avait fondé la société de sécurité privée Blackwater, et un responsable russe proche de Vladimir Poutine.

Au cours des années 90, George Nader était directeur du magazine Middle East Insight, qui se concentrait sur les questions relatives au Moyen-Orient, le rôle de Washington et son influence dans la région. Le magazine s’est transformé en une plate-forme où Arabes, Israéliens et Iraniens ont exprimé leurs points de vue.

Son associé américain, Jonathan Kessler, était le rédacteur en chef du magazine avant de diriger le département du développement et du leadership du comité des affaires publiques américaines connu sous le nom de AIPAC.

En 1996, moins d’un mois après que Netanyahu soit devenu Premier ministre israélien, Nader a accueilli Netanyahu le 10 juillet, lors d’un événement, aux côtés d’Ehud Olmert, maire de Jérusalem à cette époque.

Au cours de la même période, l’administration de l’ancien président américain Bill Clinton l’a convaincu qu’il avait de précieux contacts avec le gouvernement syrien. Il a joué un rôle secret en tentant de négocier un processus de paix entre Israël et la Syrie et avait des liens avec le président égyptien Hosni Moubarak.

Au milieu de la dernière décennie, il passa la majeure partie de son temps au Moyen-Orient, notamment en Irak après l’invasion de 2003, et développa des relations avec les responsables de la sécurité à la Maison-Blanche sous l’administration Bush.

À la fin de 2016, Nader s’est présenté dans les couloirs de la politique américaine en tant que conseiller du prince héritier d’Abou Dhabi.

Selon le New York Times, Nader a été à la Maison-Blanche plus d’une fois au cours des premiers mois de l’administration Bush et a rencontré de proches collaborateurs, notamment Steve Bannon et Jared Kushner, pour discuter de la politique américaine dans la région du Golfe en prévision de la visite du président en Arabie Saoudite, en mai 2017.

Nader comme un « négociateur de l’ombre avec la Syrie pendant la présidence Clinton », « conseiller du prince héritier émirati Mohammad ben Zayed al-Nahyane » et « visiteur fréquent de la Maison-Blanche l’année dernière, décrivait le journal.

Selon le quotidien, les enquêteurs de M. Mueller ont interrogé George Nader, qui aurait tenté d’influencer la politique étrangère des États-Unis en faveur des Émirats, notamment en « donnant de l’argent en soutien à Trump durant la dernière campagne présidentielle ».

avec Courrier arabe

Leave A Reply

Your email address will not be published.