Emirates Fuites

Al-Otaiba prétend que la rue émiratie était pour l’accord avec Israël

L’ambassadeur des Émirats arabes unis aux États-Unis a déclaré mardi que bien que son pays ne soit pas une démocratie, ses dirigeants ont tenu compte de l’opinion publique, ce qui a permis à Abou Dhabi de procéder à la normalisation des relations avec Israël.

« Les gens pensent toujours que nous ne prêtons pas attention à l’opinion publique dans les Emirats parce que nous ne sommes pas une démocratie et c’est en fait tout le contraire », a déclaré Yousef al-Otaiba lors d’un webinaire organisé par le site d’information Jewish Insider.

« Parce que nous ne sommes pas une démocratie, nous devons être très en phase avec ce que notre peuple veut et ce que la rue ressent et que les gens veulent vraiment », a déclaré l’envoyé à propos de son pays, qui est une fédération de sept monarchies constituantes.

« Il ne s’agit pas de quelque chose que nous avons imposé contre la volonté populaire des Emiratis qui vivent dans le pays. Il y a là une véritable dynamique qui enthousiasme les gens ».

Plus tard dans le webinaire, l’ambassadrice des EAU auprès des Nations unies, Lana Nusseibah, a déclaré que le ministère des Affaires étrangères du pays avait commencé à dispenser des cours d’hébreu aux diplomates émiratis.

En outre, al-Otaiba a décrit le processus qui a conduit les EAU à signer l’accord de normalisation avec Israël à la Maison Blanche au début de ce mois.

Il a déclaré que les discussions avec l’administration Trump ont commencé sur fond de profonde inquiétude aux EAU concernant les intentions du Premier ministre Benjamin Netanyahu d’annexer de grandes parties de la Cisjordanie.

Finalement, l’idée a été proposée à al-Otaiba de s’adresser directement aux Israéliens sous la forme d’un article d’opinion dans un grand quotidien, dans lequel il expliquerait comment une telle initiative controversée risquerait d’offrir une rare occasion de développer des relations avec d’autres pays du monde arabe.

L’ambassadeur a déclaré avoir consulté le magnat des médias israélo-américains Haïm Saban qui a recommandé que l’éditorial de juin soit publié en hébreu dans le quotidien Yedioth Ahronoth.

Al-Otaiba a déclaré que l’éditorial a donné le coup d’envoi des négociations marathon, qui ont culminé avec l’annonce de l’accord de normalisation le mois dernier.

Il a décrit l’accord comme une sorte de donnant-donnant. « Nous vous offrirons quelque chose de bien mieux que l’annexion… La beauté des Accords d’Abraham est leur simplicité : Pas d’annexion contre une normalisation ».

L’ambassadeur a déclaré qu’au cours des quatre semaines précédant la déclaration, il s’est davantage entretenu avec le conseiller principal de la Maison Blanche Jared Kushner et l’envoyé spécial américain Avi Berkowitz qu’avec des membres de sa propre famille.

« Il faut une confiance incroyable », a déclaré M. al-Otaiba, en attribuant à l’administration Trump le mérite de l’accord.

Pendant des mois, Netanyahu avait promis d’annexer jusqu’à 30 % de la Cisjordanie dès le 1er juillet, mais ce plan a été officiellement suspendu dans le cadre de l’accord de normalisation avec les EAU. Les parties n’ont pas formellement fourni de calendrier exact pour la période pendant laquelle la question a été « retirée de la table », comme l’a dit le président américain Donald Trump le mois dernier.

Il a admis que si l’accord de normalisation ne conduit pas en soi à des progrès sur le front israélo-palestinien, il a néanmoins « préservé la solution à deux États ».

« Nous avons gagné du temps. Nous avons mis du temps dans l’horloge », a-t-il dit, ajoutant que des pourparlers directs entre Israéliens et Palestiniens nécessiteraient probablement « une prise en main par les États-Unis ».

Au début de ce mois, le Times of Israel a rapporté que l’administration Trump avait donné aux EAU l’engagement, lors des négociations de normalisation, que Washington ne reconnaîtrait pas l’annexion israélienne de certaines parties de la Cisjordanie avant 2024 au plus tôt.

Leave A Reply

Your email address will not be published.