Emirates Fuites

Les habitants d’un village marocain dénoncent “le dépouillent  la région de ses richesses naturelles par des entrepreneurs émiratis”

Un militant écologiste marocain a été condamné à une peine de prison de 6 mois. La justice l’a accusé d’”insulte à un fonctionnaire en exercice”.

L’affaire remonte au 24 décembre dernier, le militant Rachid Sidi Baba avait été arrêté à la suite de la diffusion d’une vidéo en direct sur Facebook, alertant sur “des entrepreneurs émiratis qui dépouillent la région de ses richesses naturelles”.

Rachid Sidi Baba apparaît dans ce passage près de ce qui est communément appelé dans la région “le palais émirati”, dans l’oasis d’Akka, à 60 kilomètres de Tata, indique le site Yabiladi.

Le militant a appelé à une manifestation devant ce site, pour contester l’installation d’une propriété du prince héritier émirati sur des milliers d’hectares, représentant selon lui un danger pour l’équilibre écologique local de la faune et de la flore. Après quoi, la police est intervenue pour l’arrêter, ajoute la même source.

« Les Émirats arabes unis ont toujours été sacrés, mais après la crise du Golfe, ils sont devenus plus sacrés comme l’Arabie saoudite et le Qatar. Parce que Rabat veut plaire à tout le monde, même au détriment de l’honneur des gens », note le journaliste Saïd Salmi dans une publication sur Facebook.

L’Institut parisien des libertés francophones a appelé les autorités à libérer immédiatement Rashid Sidi Baba, car son arrestation constitue une violation flagrante de la liberté d’opinion et d’expression garantie par le droit international.

Le “Palais émirati” est un complexe résidentiel fermé et gardé près de l’oasis “Aqa” près du Wadi Draa, composé d’un palais émeri pour le prince héritier émirati Mohammed bin Zayed et des villas de luxe, à quelques kilomètres d’un aéroport construit avec des fonds émiratis.

Ce complexe est considéré comme un portail menant à une grande réserve qui s’étend sur des milliers d’hectares clôturés, et il est interdit aux résidents d’y pénétrer ou de faire paître leur bétail. Elle est dédié au sport du sniping Houbara pratiqué par les Emiratis lorsqu’ils sont dans la région.

Les Emiratis possèdent également une grande réserve dans la région de Mysore dans l’est du Maroc, s’étendant sur plus de 40000 kilomètres carrés, consacrée à élever Houbara, qui est liée au sport de la chasse aux faucons pratiqué par les princes et les riches du golfe Persique.

Il y a un an, le député marocain Al-Hussein Harish a adressé une question écrite au ministre de l’Intérieur sur les justifications juridiques qui permettent d’accorder aux citoyens émiriens, saoudiens, bahreïnis et qatariens le droit de posséder des parcs nationaux pleins d’animaux sauvages sans parvenir à une réponse.

Le député a déclaré que des citoyens marocains, en colère, ont recouru à lui en l’interrogeant sur les réserves qui sont exploitées par le Golfe.

Les habitants de Tata accusent les émiratis et leurs invités de drainer un nombre important d’oiseaux Houbara ainsi que l’extinction des troupeaux de cerfs.

« Ils profitent de ces terres marocaines, même pour des voyages ludiques, de luxe, de pêche et de loisirs. En revanche, la situation devrait avoir un impact positif sur la région et ses habitants », ajoute le député.

Plus de 20 organisations politiques et de défense des droits humains à Tata ont annoncé leur intention de protester contre la condamnation de « Sidi Baba », qualifiée de cruelle et injuste.

Ces organes ont déclaré que le jeune homme avait seulement dénoncéle le pillage des richesses de la région, et exigé uniquement le droit des habitants de la région de travailler et leur droit de bénéficier de ces richesses et de leur partage équitable.

Leave A Reply

Your email address will not be published.