Emirates Fuites

AFP: Aucun signe d’un retrait des mercenaires de Libye

Un article publié par l’agence de presse française (AFP) a placé les Emirats en tête de liste des pays de la région qui financent et recrutent des mercenaires en Libye.

Les mercenaires et combattants étrangers présents en Libye sont appelés à quitter ce pays plongé dans le chaos au plus tard samedi, en vertu d’un accord signé par les principaux protagonistes libyens. Mais ils sont toujours là, menaçant une trêve fragile, estiment des experts.

Le retrait de ces combattants « ne dépend pas des Libyens, mais des puissances étrangères impliquées dans le conflit », estime Khaled al-Montasser, professeur en Relations internationales à l’université de Tripoli.

Minée par les luttes de pouvoir et les violences sanglantes depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi après huit mois de révolte populaire, la Libye est déchirée depuis 2016 entre deux autorités: le Gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par l’ONU et basé à Tripoli, et les autorités alliées au maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’Est du pays.

Celui-ci est soutenu par les Emirats arabes unis, l’Egypte et la Russie, alors que le GNA est appuyé militairement par la Turquie.

Après l’échec de la tentative du maréchal Haftar de s’emparer de Tripoli, un accord de cessez-le-feu a été signé le 23 octobre 2020 à Genève par des responsables militaires des deux camps, assorti d’une clause majeure: le départ, dans un délai de 90 jours, des mercenaires et des forces étrangères ainsi que le démantèlement des milices.

Aucune annonce n’a été faite jusqu’à samedi matin par les belligérants en Libye sur un tel départ ou démantèlement.

La veille, la chaîne américaine CNN a diffusé des images satellitaires présentées comme celles d’une énorme tranchée creusée au sud de la ville de Syrte (nord) par des mercenaires soutenus selon elle par la Russie. Un responsable américain non identifié, cité par la chaîne, affirme qu’il s’agit d’une preuve que ces mercenaires « comptent rester longtemps ».

« Intérêts »

Début décembre, Stephanie Williams, alors émissaire par intérim de l’ONU en Libye qui avait parrainé l’accord de Genève, a affirmé que quelque 20.000 « forces étrangères et/ou mercenaires » étaient toujours en Libye. « Il y a aujourd’hui 10 bases militaires totalement ou partiellement occupées par des forces étrangères », a-elle dit.

Ils sont pour la plupart répartis autour de Syrte, où se situe depuis la mi-juin la ligne de front, et plus au sud, sur des bases aériennes majeures notamment à al-Joufra, à 500 km au sud de Tripoli pour les pro-Haftar et plus à l’ouest, à al-Watiya (pro-GNA), la plus grande base militaire à la frontière tunisienne.

La Turquie a envoyé drones, instructeurs et conseillers militaires en Libye, en vertu d’un accord militaire signé avec le GNA. Elle a aussi envoyé des mercenaires syriens, selon des experts de l’ONU.

Le 22 décembre, le Parlement turc a même prolongé de 18 mois l’autorisation de déployer ces militaires.

La Russie dément elle jouer un rôle dans la présence de mercenaires russes. Mais en mai 2020, des experts de l’ONU ont confirmé la présence en Libye de mercenaires du groupe Wagner, réputé proche du président russe Vladimir Poutine.

« Les mercenaires ne risquent pas de quitter la Libye tant que les pays qui les ont engagés n’auront pas garanti leurs intérêts dans la nouvelle phase de transition », analyse Khaled al-Montasser, en référence aux pourparlers interlibyens en cours sous l’égide de l’ONU.

« Pas l’intention de partir »

« Leur présence fait peser la menace d’un affrontement militaire à tout moment, tandis que la pérennité de l’accalmie actuelle semble incertaine », poursuit M. Montasser.

« La prolongation (par le Parlement) de la présence turque montre qu’Ankara n’a pas l’intention de partir », estime Jalal Al-Fitouri, professeur d’université à Tripoli.

Et dans l’est de la Libye, « on ignore les termes du contrat liant les paramilitaires du groupe privé russe Wagner au maréchal Haftar », ajoute-t-il.

En début de semaine, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a pourtant rappelé dans un rapport remis au Conseil de sécurité la nécessité d’un départ des troupes étrangères et mercenaires avant samedi.

Fin 2020, il a préconisé la constitution d’un groupe d’observation non armé pour vérifier le départ des mercenaires.

C’est désormais au Slovaque Jan Kubis, nommé le 15 janvier nouvel émissaire pour la Libye, qu’il incombera de faire appliquer cet accord et de gérer les difficiles négociations interlibyennes.

Celles-ci, impliquant différents interlocuteurs libyens, se poursuivent pour mettre en place une feuille de route politique en vue des élections annoncées pour décembre 2021, à condition que le cessez-le-feu ne vole pas en éclats.

AFP

Leave A Reply

Your email address will not be published.