Emirates Fuites

Les EAU punissent les militants d’opinion après leur libération par une censure permanente et une interdiction de voyager

Des sources ont déclaré que les autorités émiraties avaient puni les militants d’opinion après leur libération en leur interdisant de voyager.

Les sources ont déclaré à «Emirates Leaks» que la libération de quatre prisonniers d’opinion aux Émirats arabes unis avait été effectuée avec des exigences punitives imposées par les autorités.

Les détenus libérés sont interdits de voyager et sont obligés de signer chaque semaine dans les commissariats de police.

Les autorités émiraties les ont également empêchées de tout contact avec les organisations de défense des droits de l’homme ou les médias occidentaux pour parler de leur période d’emprisonnement.

Ces autorités ont menacé de procéder à une nouvelle arrestation des personnes relâchées immédiatement si elles ne se conformaient pas pleinement aux conditions arbitraires qui leur étaient imposées.

Le président des EAU, Khalifa bin Zayed Al-Nahyan, a décrété, à l’occasion du Ramadan, une grâce présidentielle pour 700 prisonniers, ont rapporté aujourd’hui les médias d’État.

L’ordre présidentiel a été donné dans le cadre du traditionnel grâce du Ramadan.

Selon des sources bien informées, quatre prisonniers politiques, Mansoor al-Ahmadi, Fisal al-Shehhi, Ahmed al-Mulla et Saeed al-Brimi, figurent parmi les détenus récemment libérés.

Poursuivis pour atteinte à la sûreté de l’État uniquement en raison de leur militantisme pacifique et légitime, ces quatre prisonniers avaient purgé l’intégralité de leur peine de prison il y a quelque temps. Malgré cela, ils avaient été maintenus arbitrairement derrière les barreaux sans base légale claire jusqu’à aujourd’hui.

Fisal al Shehhi et Ahmad al Mulla devaient être libérés en avril et mai 2017 respectivement, tandis que Saeed al Brimi devait être libéré en mars 2018 et Mansoor al Ahmadi en octobre 2019.

Un certain nombre d’organisations de défense des droits de l’homme ont à plusieurs reprises exhorté les Émirats arabes unis à agir de manière impartiale pour libérer tous les prisonniers d’opinion dans le cadre du pardon annuel du Ramadan.

La Campagne internationale pour la liberté aux Emirats (ICFUAE) a salué la libération de quatre détenus politiques aux EAU.

La campagne a déclaré que c’est un pas important dans la bonne direction et a encouragé maintenant les autorités à libérer tous ceux qui sont emprisonnés uniquement pour leur engagement social ou politique et tous ceux qui sont détenus dans les centres Munasaha au-delà de leur peine.

Elle a exprimé sa préoccupation quant à la santé et la sécurité de tous les prisonniers politiques restants. Avec la propagation du Covid-19, les détenus sont soumis à des environnements surpeuplés et insalubres, ce qui leur fait courir un risque accru de tomber malade. Le recours à la torture et aux mauvais traitements par les forces de sécurité et le refus fréquent de soins médicaux ont également des effets néfastes sur la santé des personnes emprisonnées.

La campagne a demandé aux autorités des Émirats arabes unis de réduire encore la population carcérale en libérant tous ceux qui sont emprisonnés uniquement pour avoir exercé pacifiquement leurs droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion.

Tous les prisonniers politiques et tous ceux qui restent détenus pour une durée indéterminée doivent être libérés immédiatement et sans condition, compte tenu de la nature injuste de leur emprisonnement.

Leave A Reply

Your email address will not be published.