Emirates Fuites

Les Émirats arabes unis engagent des fonctionnaires pour se défendre à l’ONU

La mission des Émirats arabes unis auprès des Nations Unies a fait appel à des fonctionnaires des Nations Unies, alors que le pays est confronté à des pressions concernant des allégations de violations des droits humains en Libye et au Yémen.

Selon Al-Monitor, les Émirats arabes unis ont signé un contrat avec le deuxième assistant de l’ancien ambassadeur des États-Unis auprès des Nations Unies, Samantha Power, et nommé Max Alishman (l’ancien directeur des communications de POWER).

Un contrat envoyé par les Émirats arabes unis à la société « Silver Park » pour 400 000 $ indique les détails du nouveau rôle de « Alishman ». Le contrat a été signé le 19 novembre.

Selon un rapport du ministère de la justice, les tâches de communication et de conseil stratégique  » peuvent inclure des missions spécifiques concernant les représentants des médias et/ou d’autres activités comme la sécurité internationale, l’aide au développement et d’autres questions « . Le cabinet fournira également des  » services de développement de sites Web  » pour la mission.

Les EAU avaient auparavant retenu les services d’une autre assistante de Power, la directrice des communications Hagar Chemali, de septembre 2016 à septembre 2018, alors que le pays faisait face à des critiques croissantes sur son rôle dans la lutte contre les rebelles Houthi soutenus par l’Iran.

Les courriers publiés par The Intercept entre Chemali et l’ambassadeur des Émirats arabes unis Youssef al-Otaiba montrent que Chemali a cherché à discréditer  » sans les empreintes des Émirats arabes unis  » une organisation non gouvernementale – l’Arabian Rights Watch Association – en tant que front houthi.

Power, une défenseuse des droits de l’homme, a fortement critiqué l’implication des États-Unis dans l’intervention dirigée par l’Arabie saoudite contre les Houthis sous le président Donald Trump, mais est resté largement silencieuse lorsque cette politique a commencé sous Obama.

Le 29 novembre, le Groupe d’experts de l’ONU sur la Libye a envoyé un rapport au Conseil de sécurité accusant les EAU ainsi que l’Égypte et la Jordanie de soutenir militairement l’homme fort libyen Khalifa Haftar en violation des sanctions de l’ONU.

Ari Ben Menashe, un lobbyiste qui fait l’objet d’une enquête par le groupe d’experts de l’ONU pour son rôle dans les combats, a à son tour accusé les EAU de transporter des troupes soudanaises sous son commandement au Yémen vers le champ de bataille libyen.

Les EAU continuent également de se faire tirer dessus pour leur rôle au Yémen, où leur soutien au Conseil de transition du Sud a menacé de démanteler la coalition anti-Houthi.

Après que les EAU ont retiré la plupart de leurs troupes en juillet, le gouvernement yéménite soutenu par l’Arabie saoudite a demandé que le Conseil de sécurité de l’ONU  » tienne une session sur les bombardements aériens flagrants  » des EAU contre les forces armées du Yémen.

L’agence de presse “Reuters” a révélé que les Émirats arabes unis (EAU) avaient fondé une unité de cyber-espionnage, ciblant des militants, des responsables aux Nations Unies et l’opposition dans le monde arabe, en faisant appel à des anciens employés à la Sécurité nationale américaine.

Alischman, l’ancien assistant de Power, a travaillé pour le groupe Glover Park, représentant l’Arabie Saoudite et la société Adalid Business Consulting DMCC basée à Dubaï, mais il est maintenant vice-président senior chez Breakwater Strategy, qui a été fondée par le co-fondateur de Glover Park, Arik Ben-Zvi.

Les autres agents enregistrés sur le compte – Victoria Esser, ancienne secrétaire d’État adjointe pour la stratégie numérique au département d’État, Joshua Gross et Brett O’Brien – travaillent tous pour Glover Park.

Le groupe Glover Park travaille séparément pour l’ambassade des Émirats arabes unis à Washington et pour l’Autorité d’Abou Dhabi chargée des investissements.

Leave A Reply

Your email address will not be published.