Emirates Fuites

Une plateforme des droits de l’homme dénonce la détention de l’éminent prisonnier d’opinion Hamad Raqeet

La plateforme des droits de l’homme “We record” a dénoncé la détention de l’éminent prisonnier d’opinion Hamad Raqeet, dans les prisons des Emirates arabes unis.

Les détenus politiques âgés sont les plus exposés au risque d’épidémie de coronavirus dans les prisons aux Émirats arabes unis.

Des sources ont mis en garde contre une grave détérioration de la santé d’un certain nombre de prisonniers d’opinion âgés dans les prisons des Émirats.

Parmi eux figure Sheikh Hamad Raqeet Al-Suwaidi, qui est âgé de 70 ans et souffre d’hypertension artérielle et d’hypercholestérolémie.

L’état de santé des détenus Khaled Al-Shaibah Al-Nuaimi (69 ans), qui était auparavant directeur de l’association Al-islah et Abdul Rahim Naqi Al-Bastaki (a 67 ans), directeur de la Mercy Charitable Society, se détériore en raison d’une négligence médicale délibérée.

Alors que la propagation du Coronavirus se poursuit et le nombre alarmant d’infections dans le monde augmente, le Centre émirati des droits de l’homme (CEDH) exprime sa profonde inquiétude concernant la vie des détenus dans les prisons emiraties et demande leur libération immédiate.

Les prisonniers sont déjà détenus dans des conditions inhumaines marquées par les mauvais traitements, la torture, le refus de soins médicaux, les cellules surpeuplées et les mauvaises conditions d’hygiène qui font des prisons un terrain fertile pour la propagation de COVID-19.

Le centre a appelé les autorités à libérer  les détenus âgés de plus de 60 ans, les détenus atteints de maladies chroniques qui sont vulnérables à la maladie. Elles devraient également libérer les prisonniers politiques qui sont derrière les barreaux pour avoir simplement exercé leur droit à la liberté d’expression.

La CEDH met en garde contre les conséquences « catastrophiques » de la négligence du danger posé par le Coronavirus. Le gouvernement des EAU doit prendre des mesures rapides pour empêcher le désastre dans ses prisons. En vertu du droit international des droits de l’homme, comme l’Ensemble de règles minima pour le traitement des détenus des Nations unies (également connu sous le nom de « Règles Nelson Mandela »), il est obligatoire de travailler sérieusement pour sauver la vie des prisonniers.

Le centre a appelé les autorités à prendre les mesures nécessaires pour sauver la vie des détenus, conformément au droit international des droits de l’homme pour empêcher la propagation du Covid-19 à l’intérieur des centres en améliorant les conditions sanitaires et en fournissant aux détenus les moyens de prévenir les maladies.

Il a exhorté également les autorités à libérer immédiatement et sans condition tous les militants et défenseurs des droits de l’homme détenus et ceux qui sont exposés à un risque accru de contamination par le Covid-19.

Leave A Reply

Your email address will not be published.