موقع إخباري يهتم بفضائح و انتهاكات دولة الامارات

Des armes américaines transférées par les EAU à des milices yéménites, selon CNN

91

Une enquête de CNN a découvert que les Emirates arabes unis ont transféré des armes de fabrication américaine à des combattants liés à Al-Qaïda, des milices salafistes extrémistes et d’autres factions en guerre au Yémen, en violation de leurs accords avec les États-Unis.

L’enquête de CNN a révélé que certaines armes auraient été transférées à des groupes combattant au Yémen.

La chaîne américaine a ajouté que ces armes auraient ensuite été abandonnées, volées ou vendues lors des combats. Désormais, certaines seraient entre les mains de rebelles soutenus par l’Iran.

Les nouvelles conclusions font suite à une enquête exclusive menée en février par CNN  qui a accusé l’Arabie saoudite et ses partenaires dans la coalition de transférer des armes de fabrication américaine à des combattants liés à Al-Qaïda, des milices salafistes extrémistes et d’autres factions en guerre au Yémen, en violation de leurs accords avec les États-Unis.

Les armes se sont également retrouvées entre les mains des rebelles soutenus par l’Iran qui luttent contre la coalition pour le contrôle du pays, révélant à Téhéran certaines technologies militaires américaines sensibles et mettant potentiellement en danger la vie des troupes américaines dans d’autres zones de conflit.

Selon des responsables locaux sur place et les analystes qui ont parlé à CNN, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, son principal partenaire dans la guerre, ont utilisé les armes fabriquées par les États-Unis comme monnaie d’échange pour acheter la loyauté des milices ou des tribus, pour soutenir des acteurs armés choisis et pour influencer un environnement politique complexe

Selon le Département de la Défense, en cédant ces équipements militaires à des tiers, la coalition saoudienne rompt les termes de ses contrats de fournitures d’armes avec les États-Unis. Après que CNN ait présenté ses conclusions, un responsable américain de la défense a confirmé qu’une enquête était en cours à ce sujet.

Des enquêtes antérieures de CNN ont établi que des armes fabriquées aux États-Unis avaient été utilisées dans une série d’attaques meurtrières de la coalition saoudienne qui ont tué des dizaines de civils, dont de nombreux enfants.

Dans le chaos de la guerre générale, en 2015, Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) s’est implanté au sein des lignes de front de Taiz, forgeant des alliances avantageuses avec les milices pro-saoudiennes aux côtés desquelles il combattait.

L’une de ces milices liées à l’AQPA, la brigade d’Abu Abbas, possède maintenant des véhicules blindés Oshkosh de fabrication américaine, ceux-là même qui, en 2015, ont défilé dans la ville dans une démonstration de force.

Abu Abbas, le fondateur, a été déclaré terroriste par les États-Unis en 2017, mais son groupe bénéficie toujours du soutien de la coalition saoudienne et cela lui a valu d’être intégré à la 35e brigade de l’armée yéménite soutenue par la coalition.

“Oshkosh Defense respecte strictement toutes les lois et réglementations américaines relatives au contrôle des exportations”, a déclaré la société à CNN.

Et on retrouve en ville des formes d’armes plus létales. En octobre 2015, dans les médias soutenus par les Saoudiens et les Émirats arabes unis, les forces militaires loyales au gouvernement se sont vantées du largage par les Saoudiens de missiles antichars TOW de fabrication américaine sur la même ligne de front où on savait que l’AQPA opérait alors.

Les autorités locales ont confirmé que le parachutage avait eu lieu, mais les tentatives de CNN pour mener d’autres entretiens ont été bloquées et l’équipe a été en butte à des intimidations de la part du gouvernement local. Un militant local a plaisanté en disant que les armes avaient probablement été vendues.

Dans un cimetière de matériel militaire de fabrication américaine près de la ville portuaire de Hodeidah, il devient clair que l’Alwiyat al Amalqa – la Brigade des Géants est une des factions que nous privilégions.

Près d’une demi-douzaine de véhicules MRAP [famille de véhicules blindés conçus pour résister aux EEI, pour Engins Explosifs Improvisés, et aux embuscades NdT] sont stationnés côte à côte, la plupart arborant des autocollants de la Brigade des Géants.

Sur l’un d’eux on peut même voir l’étiquette d’exportation qui indique qu’il a été expédié depuis Beaumont, au Texas, jusqu’ à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, avant de finalement arriver entre les mains de la milice. Le numéro de série d’un autre MRAP révèle qu’il a été fabriqué par Navistar, le plus grand fournisseur de véhicules blindés de l’armée américaine.

Les véhicules blindés tout-terrain sont construits pour résister aux tirs d’armes balistiques, aux explosions de mines et aux engins explosifs improvisés (EEI). “C’est le véhicule que toutes les équipes veulent quand elles sont sur le terrain”, dit le site Web de Navistar. L’entreprise s’est refusée à tout commentaire sur ce sujet.

Les destinataires d’armes américaines sont légalement tenus de respecter les exigences relatives à leur utilisation finale, ce qui interdit le transfert de tout équipement à des tiers sans autorisation préalable du gouvernement américain. Cette autorisation n’a jamais été accordée.

La coalition saoudienne n’a pas répondu aux multiples demandes de commentaires. Un haut responsable des Émirats arabes unis a nié “en termes très clairs que nous agissons de quelque manière que ce soit en violation des accords d’utilisation final”.

La Brigade des Géants est une “ section des forces yéménites”, a déclaré le responsable à CNN, ajoutant que le groupe était sous la supervision directe des EAU [Émirats Arabes Unis NdT] et que, par conséquent, l’équipement était une “possession partagée” de la coalition.

Le ministère américain de la Défense, interrogé spécifiquement au sujet de la Brigade des Géants, a déclaré qu’il n’avait pas donné à l’Arabie saoudite ou aux Émirats arabes unis la permission de remettre les armes américaines à d’autres factions sur le terrain.

“ Les États-Unis n’ont pas autorisé le Royaume d’Arabie saoudite ou les Émirats arabes unis à transférer du matériel à d’autres belligérants en interne du Yémen”, a déclaré à CNN le porte-parole du Pentagone Johnny Michael. “Le gouvernement américain ne peut pas commenter les enquêtes en cours sur des allégations de violations concernant l’utilisation finale de matériel et de services de défense transférés à nos alliés et partenaires. “

Les États-Unis sont de loin le plus grand fournisseur d’armes tant de l’Arabie saoudite que des Émirats arabes unis, et leur soutien est crucial pour la poursuite de la guerre au Yémen menée par la coalition saoudienne.

Les législateurs américains tentent d’adopter une résolution mettant fin au soutien de l’administration Trump à la coalition. Mais il n’y a malheureusement aucun signe d’une quelconque écoute de la Maison-Blanche à ce sujet, et cela en dépit du fait que les agissements d’un allié clé des États-Unis puissent représenter une menace pour la sécurité des Américains.