موقع إخباري يهتم بفضائح و انتهاكات دولة الامارات

Un site américain: les EAU financent des groupes d’extrême droite

141

Une enquête publiée par le site américain LoopLog a accusé les EAU  de financer des groupes d’extrême droite hostiles à l’islam et aux Arabes.

“Au nom de la lutte contre le terrorisme, le régime émirati réprime la société civile et bâillonne plus encore la liberté d’expression dans le pays et dans toute la région”, a souligné le chercheur Andreas Craig.

Craig a révélé que le Centre européen d’études sur la lutte contre le terrorisme en Allemagne et aux Pays-Bas avait des liens secrets avec un autre centre de recherche dirigé par un ancien officier du renseignement des Émirats arabes unis.

L’enquête a souligné que des groupes soutenus par les Émirats arabes unis avaient déjà pu promouvoir de fausses idées, tel que l’ancien président Barack Obama était un candidat secret du groupe islamiste et que la Grande-Bretagne comprend des zones appliquant  la loi islamique.

Le réseau des EAU a travaillé avec des blogueurs et des théoriciens aux États-Unis pour faire circuler des idées anti-islamiques au sein des Républicains, sous le couvert de « lutter contre l’extrémisme ».

Selon l’enquête, les centres de recherche financés par les EAU sont t la Neoconservative Foundation, le Hudson Institute et le Middle East Forum.

Mediapart a révélé vendredi que le parti d’extrême-droite de Marine Le Pen, Rassemblement National (RN), aurait bénéficié d’un crédit de 8 millions d’euros juste après les élections présidentielles de 2017.

La somme a été avancée par « un homme d’affaire français bien connu en Afrique » mais « sur des fonds dont l’origine n’a pas été clairement établie ». Celle-ci aurait notamment transité via une société financière des Emirats arabes unis.

Interrogé par les journalistes de Mediapart, cet homme d’affaires, proche de Claude Guéant, explique ne pas avoir accepté de prêter cette somme pour des raisons idéologiques. « Je l’aurais fait pour n’importe qui », assure-t-il.

Le parti de Marine Le Pen était alors en grande difficulté. Sans cette bouffée d’oxygène financière, ses comptes étaient invalidés et donc non remboursés.

L’article de Mediapart, dirigé par Edwy Plenel, cite le nom du conseiller municipal de Strasbourg Jean-Luc Schaffhauser, que le site avait épinglé par le passé dans le cadre d’un prêt russe au Front national.

L’ancien député européen a servi d’intermédiaire et a obtenu un « pourcentage d’apporteur d’affaires » sur la transaction. La somme, dont on ignore le montant, a été « déclarée aux impôts », explique-t-il.

Mediapart souligne par ailleurs que Foucher serait un proche de Claude Guéant, ministre de l’Intérieur sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Enfin, l’ancien eurodéputé Jean-Luc Schaffhauser, proche de Marine Le Pen, aurait fait l’intermédiaire dans cette affaire de crédit. Pour Mediapart, il est probable que Schaffhauser ait empoché une commission de 300 000 euros sur les 8 millions.

Ce n’est pas la première fois que le parti de Marine Le Pen bénéficie d’un prêt en provenance d’un pays étranger. Le Rassemblement national avait déjà reçu un prêt de la part d’une banque russe de l’ordre 9 millions d’euros en 2014.