Emirates Fuites

Un membre du Congrès américain demande la libération du détenu d’opinion émirati Abdulsalam Darwish Al-Marzooqi

Le député américain Jim McGovern a appelé les EAU à libérer le prisonnier d’opinion Abdul Salam Darwish Al Marzouki, détenu depuis 2013 en relation avec l’affaire connue dans les médias sous le nom de « EAU 94 ».

« Les droits de l’homme de Marzooqi ont été bafoués à plusieurs reprises depuis son arrestation sans mandat en 2012 », a déclaré Jim McGovern, qui représente le deuxième district du Massachusetts et est co-président de la Commission des droits de l’homme Tom Lantos.

Dans une déclaration publiée par « Middle East Eye », M. McGovern a souligné que  « le cas de M. al-Marzooqi semble être un exemple de mauvais traitements infligés par les EAU aux personnes qui s’opposent au gouvernement, alimentant les doutes sur l’engagement du pays en faveur de l’État de droit », « étant donné le risque accru pour les détenus dans le monde entier en raison du coronavirus, les EAU devraient envisager de libérer al-Marzooqi immédiatement », a-t-il ajouté.

Le prisonnier d’opinion Abdul Salam Darwish Al-Marzouki a été arrêté en 2012 dans le cadre d’un procès controversé au cours duquel 94 militants politiques ont été accusés de planifier le renversement du gouvernement émirati.

Le procès de 2013, connu sous le nom de « UAE 94 », a abouti à la condamnation de 69 personnes – huit par contumace – qui ont été condamnées à des peines allant jusqu’à 15 ans. Deux ans plus tôt, les 94 personnes auraient signé une pétition demandant au gouvernement émirati d’instituer un ensemble de réformes démocratiques.

Al-Marzooqi a été condamné à 10 ans de prison pour sa participation et est détenu à la prison d’al-Razeen à Abu Dhabi depuis mars 2013.

Il a fait l’objet de nombreux abus à l’intérieur de la prison, notamment l’isolement cellulaire, la révocation des médicaments, les coups et la privation de sommeil. En août 2013, Marzooqi a participé à une grève de la faim pour protester contre les conditions dans lesquelles il était détenu. La femme de Marzooqi, Awatif al-Rayeis, a déclaré que son mari était privé de traitement de physiothérapie pour des problèmes de disques vertébraux ainsi que pour une paralysie des nerfs faciaux.

Amnesty International a appelé le gouvernement des EAU à « mettre fin au harcèlement, à la détention arbitraire, aux disparitions forcées, à la torture et aux autres mauvais traitements, ainsi qu’aux procès inéquitables contre les militants, les défenseurs des droits de l’homme et ceux qui critiquent les autorités ».

Leave A Reply

Your email address will not be published.