Emirates Fuites

Un groupe de défense des droits appelle à examiner les conditions de détention dans les prisons des Émirats arabes unis

23

Skyline International a exprimé sa profonde inquiétude quant à la détérioration continue des conditions de détention dans les prisons émiraties. Elle a également reproché à la communauté internationale d’avoir ignoré les dizaines d’appels lancés par les organisations de défense des droits de l’homme concernant l’atrocité des violations commises par le personnel pénitentiaire dans ces prisons.

Dans une déclaration publiée dimanche, Skyline a indiqué qu’un ancien prisonnier avait révélé de nouveaux détails sur la réalité des violations commises dans les prisons émiraties.

Le prisonnier brésilien qui était détenu dans les prisons des Émirats arabes unis, Calio Castro, a évoqué les détails des lettres écrites par le militant des droits de l’homme, Ahmed Mansour, 51 ans, depuis sa prison, dans lesquelles ce dernier décrit les conditions de détention difficiles dont il souffre depuis son arrestation en 2017 jusqu’à aujourd’hui.

Dans une interview de presse récemment publiée, l’ancien prisonnier brésilien dans les prisons des Émirats arabes unis, Calio Castro, a révélé l’histoire complète de l’obtention de lettres écrites par le détenu émirati et militant des droits de l’homme Ahmed Mansour de l’intérieur de sa prison, dans lesquelles Mansour décrit les dures conditions de sa détention.

Castro a déclaré avoir rencontré Ahmed Mansour à la prison centrale d’Abou Dhabi, notant que Mansour “vit dans une situation choquante, triste et douloureuse et qu’il semble avoir des années de plus que son âge.” Il a ajouté : “J’ai été mis dans la cellule numéro quatre, et Mansour était dans la cellule numéro un. Nous avons crié du plafond pour nous parler. C’était très difficile de communiquer. Je frappais à la porte parce que je voulais passer mes appels téléphoniques et appeler ma famille, mais le personnel de la prison ne me le permettait pas. Le premier contact que j’ai établi a été avec Mansour.”

Castro a révélé que Mansour lui a demandé de transmettre une lettre à l’extérieur. Il y mentionne les détails de son arrestation et les conditions de son emprisonnement. Il a accepté après réflexion en raison du risque grave auquel il pourrait s’exposer s’il était révélé avant de quitter les Émirats. Castro a ajouté qu’il a caché le message avec ses chaussures pendant quatre jours avant d’arriver au Brésil après avoir purgé sa peine de neuf mois de prison.

Castro a indiqué qu’il se rend compte maintenant, environ dix mois après son retour dans son pays des prisons émiraties, que le fait d’informer l’opinion publique de la vérité pourrait être plus bénéfique pour sauver Mansour et d’autres prisonniers oubliés dans les prisons des EAU.

Skyline a déclaré que les autorités émiraties détiennent Ahmed Mansour au secret pendant la majeure partie de son arrestation. Elles l’ont délibérément isolé des autres prisonniers et lui ont refusé l’accès à un lit et à un matelas depuis son emprisonnement en mars 2017. Elles l’empêchent également de lire et d’avoir tout contact réel avec le monde extérieur, y compris des visites ou des appels réguliers avec sa femme et ses quatre enfants, violant clairement les droits des prisonniers garantis par de multiples conventions internationales.

Les autorités émiraties ont arrêté Ahmed Mansour, 51 ans, le 15 mars 2017. En mai 2018, le Département de la sécurité de l’État de la Cour d’appel d’Abu Dhabi a condamné “Mansoor” à dix ans de prison. En mai 2018, le Département de la sécurité de l’État de la Cour d’appel d’Abou Dhabi a condamné “Mansoor” à dix ans de prison pour des charges entièrement liées à ses activités en faveur des droits humains. Le 31 décembre 2018, la Cour suprême fédérale a confirmé la peine prononcée à son encontre et annulé sa dernière chance de libération anticipée. Le gouvernement a également refusé les demandes de publication de l’acte d’accusation et des décisions de justice.

En conséquence, la fondation des droits de l’homme “Skyline” a souligné que les pratiques des Émirats arabes unis à l’encontre du militant “Mansoor” et d’autres détenus violent gravement les dispositions de la Convention des Nations unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, que les Émirats arabes unis ont ratifiée en 2012. Ces dispositions obligent les signataires à fournir des soins et une vie décente aux détenus à l’intérieur des prisons.

Skyline a conclu sa déclaration en appelant la communauté internationale et les agences de l’ONU, notamment le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme, le Groupe de travail sur la question de la détention arbitraire et le Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’homme, à jouer leur rôle légal et moral, à visiter les prisons émiraties et à former un comité neutre pour examiner les conditions des détenus à l’intérieur de ces prisons, et à communiquer immédiatement avec le gouvernement des EAU et à faire pression sur lui pour qu’il libère tous les détenus politiques.