موقع إخباري يهتم بفضائح و انتهاكات دولة الامارات

EAU: Une prisonnière entame une grève de la faim pour dénoncer les conditions de détention

73

La prisonnière Amina al-Abdouli qui purge une peine de cinq ans à la prison d’al-Wathba a entamé une grève de la faim illimitée pour dénoncer les conditions de détention.

L’organisation de défense des droits de l’homme “We record” a reçu un enregistrement de la prisonnière Amina al-Abdouli, qui a déclaré avoir été soumise à la torture et à des traitements dégradants dans la prison d’Al Wathba à Abu Dhabi.

Al-Abdouli a révélé qu’elle avait entamé une grève de la faim illimitée depuis le 23 du mois dernier pour protester contre les violations auxquelles elle était victime.

Al-Abdouli a déclaré qu’elle avait été punie avec la prisonnière d’opinion, Maryam Al-Balushi, pour les enregistrements dans lesquelles elle avaient appelé les organisations des droits de l’homme à intervenir pour mettre fin aux violations et aux mauvais traitements dont elles étaient victimes.

Les autorités de la prison al-Wathba avaient soumises Amina al-Abdouli et Maryam al-Balouchi à l’isolement et les avaient privées du soin médical suffisant.

Al-Abdouli a souligné qu’elle souffrait d’une grave perte de poids et d’une fatigue générale. Elle a également appelé Amnesty International et les organisations internationales de défense des droits humains à intervenir immédiatement pour la sauver.

Les autorités émiraties devraient immédiatement et de manière transparente enquêter sur les conditions de détention d’une jeune femme émiratie de 21 ans qui aurait récemment tenté de se suicider, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. Des sources proches de cette femme affirment que les autorités carcérales l’ont soumise, ainsi qu’une deuxième femme émiratie prisonnière, 37 ans, à un isolement cellulaire pendant au moins trois semaines et leur ont refusé des soins médicaux adéquats.

Maryam al-Balushi et Amina al-Abdouli purgent des peines de cinq ans à la prison d’al-Wathba. Des sources proches de ces femmes ont déclaré à Human Rights Watch que les autorités émiraties les ont placées en isolement cellulaire du 17 février 2020 au 11 mars 2020, date à laquelle la nouvelle de la tentative de suicide de Maryam al-Balushi a été rendue publique. Les deux femmes ont entamé une grève de la faim à cette époque. Il n’est pas clair si Al-Abdouli reste isolée. L’isolement cellulaire prolongé est strictement interdit par le droit international et peut constituer un traitement cruel, inhumain ou dégradant.

« Les responsables des prisons des Émirats arabes unis ont des antécédents de maltraitance des prisonniers, notamment avec l’isolement cellulaire prolongé », a déclaré Michael Page, directeur adjoint pour le Moyen-Orient de Human Rights Watch.  » La tentative de suicide apparente de Maryam al-Balushi montre clairement que les autorités des Émirats arabes unis ne peuvent pas négliger ce qui se passe dans les prisons du pays « .

Dans un enregistrement vocal qui s’est divulgué fin janvier, Mme al-Balushi a déclaré que de nouvelles accusations de diffusion de fausses informations, d’atteinte à la réputation des Émirats arabes unis et de problèmes avec les États voisins ont été portées contre elle et M. al-Abdouli parce qu’elles avaient précédemment envoyé des enregistrements vocaux dans lesquels elles décrivaient les conditions de leur arrestation et de leur détention en 2015. Ces accusations pourraient entraîner de nouvelles condamnations, prolongeant ainsi leur détention, qui devait prendre fin en 2020.

Les forces de sécurité de l’État ont arrêté les deux femmes le 20 novembre 2015. Dans une lettre adressée aux autorités des EAU en février 2019 concernant les deux femmes, trois rapporteurs spéciaux des Nations Unies ont soulevé des allégations de détention au secret, de torture et de mauvais traitements, de recours aux aveux forcés, de conditions carcérales lamentables et de refus de soins médicaux appropriés. Les autorités des EAU ont nié ces allégations le 4 mars 2019.

La lettre des rapporteurs spéciaux indique que les autorités des EAU auraient accusé Mme al-Balushi en février 2016 de « financement du terrorisme » parce qu’elle avait donné de l’argent pour aider une famille syrienne en 2014. Les autorités ont accusé Mme al-Balushi en octobre 2014, près d’un an après son arrestation, d' »incitation à la haine contre l’État et de trouble à l’ordre public ; de porter atteinte à la réputation des institutions de l’État et de publier de fausses informations pour mettre en danger les relations de l’État avec ses alliés » en raison de commentaires qu’elle a faits sur Twitter. Ces accusations pénales formulées en termes vagues sont souvent utilisées aux EAU pour restreindre la liberté d’expression et violent clairement les normes internationales.

En septembre 2019, le rapport annuel du haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme indiquait que son bureau avait reçu des informations selon lesquelles les conditions de vie des femmes s’étaient aggravées après le partage d’informations avec l’ONU.

L’isolement peut être psychologiquement préjudiciable à tout prisonnier, causant entre autres de l’anxiété, de la dépression et de la colère. Ses effets peuvent être particulièrement néfastes pour les personnes en détresse psychologique.

Le stress d’un environnement fermé et fortement surveillé, l’absence de contact social et le manque d’activité peuvent exacerber la souffrance psychologique et avoir des effets négatifs à long terme sur le bien-être mental des prisonniers. Les personnes en isolement font souvent des tentatives de suicide ou ont besoin d’un soutien psychosocial d’urgence.

Des sources proches d’al-Balushi ont déclaré à Human Rights Watch que depuis son arrestation à l’âge de 19 ans, sa santé s’était sérieusement détériorée et qu’elle souffrait de problèmes rénaux qui lui causaient d’immenses douleurs. Des sources affirment que les autorités pénitentiaires refusent à Mme al-Balushi l’accès à la clinique de la prison depuis au moins décembre 2018 et qu’elle n’a pas reçu de traitement médical adéquat pour son état.

« Les autorités des EAU doublent les peines en punissant les détenus pour avoir fait des déclarations sur les conditions de détention », a déclaré M. Page.

Human Rights Watch a déjà documenté de graves allégations de violations des garanties d’un procès équitable aux EAU, en particulier dans des affaires liées à la sécurité de l’État. Il s’agit notamment d’arrestations et de détentions arbitraires, ainsi que d’allégations de torture et de mauvais traitements dans les établissements de sécurité de l’État.

Le refus de soins médicaux appropriés dans les prisons et les centres de détention des EAU semble également très répandu. En novembre 2019, Human Rights Watch a documenté le refus de longue date d’un accès régulier et continu aux traitements vitaux pour les prisonniers vivant avec le VIH dans la prison d’al-Awir à Dubaï.

En mai, Human Rights Watch a révélé le décès de la prisonnière Alia Abdel Nour, atteinte d’un cancer, après des années de mauvais traitements et de refus de soins médicaux adéquats de la part des forces de sécurité et des responsables de la prison d’al-Wathba. Les autorités des Émirats arabes unis ont rejeté les appels successifs des membres du Parlement européen, des experts des Nations unies et des membres de sa famille en faveur de sa libération pour raisons de santé.

Au cours de l’année dernière, la détérioration de la santé de deux militants des droits de l’homme injustement détenus, Ahmed Mansoor et Nasser bin Ghaith, qui sont détenus dans des conditions carcérales lamentables et se voient refuser l’accès aux soins de santé dans les prisons d’Al Sadr et d’Al Razeen, respectivement, a également suscité de plus en plus d’inquiétudes.