موقع إخباري يهتم بفضائح و انتهاكات دولة الامارات

Le fonds souverain norvégien se retire de G4S suite à des inquiétudes sur son traitement des travailleurs migrants aux EAU

217

Le plus grand fonds souverain du monde s’est retiré de G4S, une société cotée au Royaume-Uni, affirmant que la société de sécurité posait un risque pour sa position éthique en matière de droits de l’homme contre ses travailleurs au EAU.

Le fonds norvégien, doté d’un budget de 860 milliards de livres sterling, régi par les directives de son parlement, est chargé d’investir les produits de la vaste production pétrolière et gazière du pays.

Elle détient des actions dans plus de 9 000 entreprises dans le monde et a déjà réalisé plus de 150 investissements pour des raisons environnementales, de santé et autres.

La société de sécurité britannique G4S est la plus grande entreprise privée  de sécurité au monde. G4S est présent dans plus de 90 pays du monde.

Le conseil d’administration du fonds a précisé que ses inquiétudes découlaient du fait qu’un grand nombre des 18 000 membres du personnel de G4S dans les pays du Golfe sont étrangers et ont payé des frais de recrutement pour rejoindre l’entreprise.

L’entreprise emploie des milliers de travailleurs aux Émirats arabes unis, la plupart d’entre eux venant de pays comme l’Inde, le Pakistan et le Népal.

Le fonds souverain détient une participation de 2,33 % dans G4S, évaluée à 91 millions de dollars à la fin de 2018 ; G4S a subi une baisse du cours de son action pouvant atteindre 2% lorsque la nouvelle a été annoncée.

La décision, révélée à G4S en avril, reposait, dit-il, sur une évaluation des activités de la société au Qatar et aux Émirats arabes unis par le Conseil de déontologie du fonds.

La déclaration du conseil expliquait: « Lorsque les travailleurs arrivent dans le Golfe, ils doivent dépenser une partie importante de leur salaire pour payer cette dette et ont donc peu de chances de partir.

« Beaucoup ont également reçu des salaires bien inférieurs à ceux convenus, et aux Emirats, les travailleurs se sont vu confisquer leur passeport », indique le communiqué du Conseil d’éthique.

« Les enquêtes du conseil ont également révélé de longues journées de travail, un manque de rémunération pour les heures supplémentaires et des exemples de harcèlement. »

Dans les Émirats arabes unis en particulier, l’entreprise confisque les passeports des travailleurs pour les empêcher de rentrer chez eux sans leur permission.

La Campagne internationale pour le boycott des Émirats arabes unis (ICBU) a récemment appelé les autorités des Émirats arabes unis à dévoiler immédiatement les circonstances de la mort de deux travailleurs asiatiques dans un nouveau complexe situé à l’ouest de Dubaï.

La Campagne internationale, basée à Paris, a souligné dans un communiqué de presse qu’elle avait reçu des rapports de travailleurs, y compris des plaintes concernant un accident dans lequel deux travailleurs sri-lankais sont morts alors qu’ils travaillaient sur des matériaux lourds.

La campagne internationale a déclaré que l’incident n’est pas isolé. Un grand nombre de travailleurs ont été tués dans des incidents similaires ces dernières années aux EAU.

La Campagne internationale pour le boycott des Émirats arabes unis a appelé l’OIT à prendre des mesures immédiates contre les violations des droits de l’homme aux Émirats arabes unis en matière des droits des travailleurs.

La campagne internationale a également appelé les Nations Unies à nommer un rapporteur spécial chargé de surveiller la situation des droits de l’homme des travailleurs migrants aux Émirats arabes unis.

La campagne a souligné qu’elle continuera à défendre les droits des travailleurs étrangers aux Émirats arabes unis à la lumière des violations auxquelles ils sont confrontés.