موقع إخباري يهتم بفضائح و انتهاكات دولة الامارات

Emirats arabes unis: le gouvernement reste silencieux  sur la demande de l’ONU de libérer trois défenseurs des droits humains

135

Les Émirats arabes unis sont restés complètement silencieux sur la demande de l’ONU de libérer trois défenseurs des droits humains détenus.

Les autorités émiriennes n’ont pas commenté la demande de la Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits humains, Marie Lowe, de libérer trois défenseurs des droits humains détenus dans les prisons d’Abu Dhabi.

Une experte des Nations unies a déclaré que trois défenseurs des droits de l’homme emprisonnés aux Émirats arabes unis sont maltraités et détenus dans des conditions qui peuvent s’apparenter à des traitements cruels ou inhumains et a demandé leur libération.

L’avocat Mohamed al-Roken, emprisonné en 2012 dans le cadre d’une campagne de répression, le militant des droits de l’homme Ahmed Mansoor, détenu depuis 2018 pour avoir critiqué le gouvernement, et l’universitaire pro-démocratie Nasser bin Ghaith, arrêté en 2015, purgent tous des peines de 10 ans.

« Les rapports … indiquent que les conditions et le traitement auxquels ces défenseurs des droits de l’homme sont soumis, comme l’isolement cellulaire prolongé, sont en violation des normes des droits de l’homme et peuvent constituer des actes de torture », a déclaré Mary Lawlor, une rapporteuse spéciale indépendante sur la situation des défenseurs des droits de l’homme.

Les autorités émiraties n’ont pas répondu immédiatement à une demande de commentaires. Les autorités ont précédemment rejeté ces accusations comme étant fausses et non fondées.

Lawlor a décrit les peines d’emprisonnement des trois défenseurs des droits comme une tentative de les réduire au silence et « d’intimider et de dissuader d’autres personnes de s’engager dans ce travail légitime ».

En mars 2019, Ahmed Mansoor, éminent défenseur des droits humains, a entamé une grève de la faim d’un mois afin de protester contre sa condamnation inique et ses conditions de détention déplorables.

En 2017, Mansoor a été arrêté par les Émirats arabes unis pour les propos qu’il aurait tenus, notamment sur les réseaux sociaux où il aurait publié de “fausses informations portant atteinte à l’unité nationale”.

Les autorités l’ont détenu dans un lieu secret pendant plus d’un an sans qu’il puisse consulter un avocat, puis l’ont condamné en mai 2018 à 10 ans de prison. Sa condamnation a été confirmée le 31 décembre 2018 par la Cour suprême fédérale des Emirats arabes unis.

Nasser bin Ghaith, illustre universitaire, a continué de purger la peine de 10 ans de prison qui avait été prononcée contre lui après qu’il eut exprimé des propos critiques à l’encontre des autorités émiraties et égyptiennes. En mauvaise santé et privé des soins médicaux nécessaires dans la prison d’Al Razeen où il était incarcéré, Nasser bin Ghaith a entamé une grève de la faim de plusieurs mois en novembre 2018, soit la troisième connue depuis avril 2017.

En juillet 2019, l’universitaire britannique Matthew Hedges a déposé plainte contre les autorités émiraties auprès du Groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire et de la Haute-Commissaire des Nations Unies pour les droits de l’homme. Arrêté en mai 2018, il a ensuite été détenu à l’isolement, période au cours de laquelle il a déclaré avoir subi de mauvais traitements. Le 21 novembre 2018, la Cour d’appel fédérale des Emirats arabes unis l’a condamné à perpétuité pour espionnage. Il a été gracié cinq jours plus tard, suite au tollé international suscité.

Selon Human rights Watch, dans les affaires liées à la sécurité de l’État en particulier, les individus ont été sérieusement exposés à des cas de détention arbitraire et de mise au secret, de torture et de mauvais traitements, de maintien prolongé à l’isolement et de refus d’accès à un avocat. Des aveux forcés ont été utilisés comme preuve dans le cadre de poursuites judiciaires et des prisonniers se sont plaints de la médiocrité des conditions de détention et du manque de soins médicaux adéquats.