موقع إخباري يهتم بفضائح و انتهاكات دولة الامارات

Un journal hébreu: Un accord sur la vente d’avions de renseignement conclu entre Israël et les Emirats Arabes Unis

127

Un accord secret conclu par les Emirats Arabes Unis pour l’achat d’avions de renseignement et de logiciels espions israéliens. L’homme d’affaires israélien, Mati Kochavi, est à l’origine de cet accord, selon un article du journal hébreu Haaretz.

«Un avion d’affaires blanc avait l’habitude de décoller de l’aéroport militaire d’Abou Dhabi il y a quelques semaines et de voler pendant des heures dans le Golfe pour mener à bien la transaction», a rapporté le journal.

«Les vols d’essai de cet avion, qui ont débuté récemment, montrent les dernières étapes de l’accord secret», a assuré une source israélienne au journal.

«Bien qu’il n’y ait pas de relations diplomatiques entre Tel Aviv et Abu Dhabi, cela n’empêche pas les intérêts communs de déboucher sur diverses relations informelles, notamment des relations commerciales, militaires et diplomatiques», ajoute la même source.

 L’accord sur la fourniture des avions comprend deux avions espions, dont le premier a été transféré il y a exactement un an aux Emirats Arabes Unis».

Le deuxième avion est « toujours en développement en Grande-Bretagne et effectue des vols d’essais dans le nord-est de Londres », estime le journal.

«Lorsque l’appareil sera opérationnel, les Emirats arabes unis disposeront d’une capacité de renseignement très sophistiquée, leur appareil pouvant intercepter les transmissions et déterminer la cartographie des cartes électroniques que l’Iran exploite en temps réel, entre autres, des dispositifs de radar et de défense aérienne qui défendent des installations nucléaires».

Israël et les Émirats arabes unis ont tenu des réunions secrètes organisées par les États-Unis au cours des derniers mois pour échanger des informations et coordonner leurs efforts afin de contrecarrer la menace iranienne croissante, selon un article du Wall Street Journal.

L’envoyé spécial des États-Unis en Iran, Brian Hawk, a organisé les réunions entre les Émirats arabes unis et Israël. Une première rencontre a eu lieu au printemps dernier et une deuxième plus récemment, selon un responsable américain.

Les responsables américains ont indiqué que les entretiens allaient plus loin que les récents gestes symboliques entre Jérusalem et Abu Dhabi, et sont destinés à renforcer les relations diplomatiques et militaires et le partage de renseignements entre les deux pays.

Le mois dernier, le ministre israélien des Affaires étrangères Yisrael Katz s’est rendu à Abu Dhabi pour assister à une conférence de l’ONU sur le climat et discuter de la « menace iranienne » avec ses homologues émiratis.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yisrael Katz, s’est rendu à Abou Dhabi et a rencontré en secret le prince héritier d’Abou Dhabi, Mohammed bin Zayed.

«Je suis ravi de prendre la parole à Abou Dhabi et de représenter les intérêts de l’État d’Israël devant des États arabes du Golfe», a déclaré Yisrael Katz lors de sa visite dans la capitale.

«Nous allons continuer avec le Premier ministre Benyamin Netanyahou à travailler en faveur d’une politique de normalisation en développant les capacités d’Israël, à la fois dans les domaines de la sécurité et du renseignement et dans les divers domaines civils», a-t-il ajouté.

«C’est un des défis majeurs de ma fonction de ministre des Affaires étrangères et j’ai l’intention de poursuivre cette politique à l’avenir», a-t-il conclu.

Katz a souligné l’importance stratégique de cette implication israélienne pour freiner l’hégémonie iranienne et renforcer les liens avec les pays du Golfe, selon la politique qu’il mène en collaboration avec le Premier ministre Binyamin Netanyahou.

Prenant acte des accords de paix conclus entre Israël, l’Egypte et la Jordanie, Katz a déclaré qu’il était «réaliste»  d’espérer une normalisation totale avec les Etats du Golfe « dans les années à venir», même en l’absence d’un accord de paix global avec les Palestiniens.

«Nous n’avons pas de conflits frontaliers. Nous n’avons pas d’autres différences» , a-t-il dit. Israël et le monde arabe ont des vues différentes sur la question palestinienne, mais ces arguments ne doivent pas faire obstacle à une détente arabo-israélienne plus large, a-t-il fait observer.

La relation spéciale de Jérusalem avec l’administration américaine actuelle est un autre facteur qui rapproche Israël de ses voisins arabes, a dit Katz. «Bien sûr qu’ils veulent qu’Israël soit un facteur de rapprochement».

Katz, qui est également ministre du Renseignement, a fait ces remarques lors de sa première comparution devant l’influente commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset.

Selon Yedioth Ahronoth, la normalisation s’inscrit dans le cadre de la stratégie visant à isoler  l’Iran et à renforcer les liens avec les États du Golfe.

Ron Ben-Yishai, un analyste militaire du Yedioth Ahronoth, a déclaré qu’Israël avait déjà participé à une conférence organisée par les Etats-Unis, notant qu’Israël fournissait des renseignements sur l’Iran en relation avec la sécurité maritime dans le Golfe.

Les EAU se sont récemment engagés à normaliser ouvertement leurs relations avec l’état  hébreux.

Tel-Aviv a reçu une invitation officielle des Émirats pour participer à l’exposition internationale Expo 2020 à Dubaï.

L’an dernier, du 17 au 20 mai 2018 en marge de la 7e Conférence mondiale du Groupe de travail international (GTI) sur les femmes et le sport à Gaborone, au Botswana Afrique du Sud, Maysa al-Arafi, représentante officielle des Émirats arabes unis, a rencontré son homologue israélien. Jusqu’à présent, plusieurs délégations israéliennes se sont rendues aux EAU.

La ministre israélienne de la Culture Miri Regev s’était rendue aux Emirats en octobre.