موقع إخباري يهتم بفضائح و انتهاكات دولة الامارات

Une ONG appelle les EAU à ouvrir une enquête les violations à l’approche des élections législatives

69

La Fédération internationale pour les droits humains a appelé la Commission électorale nationale (CNE) des Émirats arabes unis (EAU) à ouvrir une enquête sur les pressions exercées sur les candidats aux élections qui auront lieu le 5 du mois prochain.

La Fédération internationale basée à Rome a exprimé dans un communiqué de presse sa profonde préoccupation face au retrait de certains candidats aux élections au Conseil national des EAU à cause de ce qu’ils ont appelé des pressions de la part de l’État

La FIDH a souligné que ces interventions de l’Etat violaient les principes de la démocratie et de la libre concurrence et constituaient des contraintes pour un conseil national représentant le pouvoir plutôt que la volonté des Emiratis.

Elle a noté l’ingérence de l’autorité dans la détermination du nombre de listes d’organes électoraux, limitées à 337 000 et 738 membres de la population de l’État (environ 9,5 millions de personnes), ainsi que la pression exercée sur les candidats pour qu’ils se retirent de la course.

Le candidat Ghaith Abdullah a annoncé se retirer des élections au Conseil national fédéral à cause des restrictions imposées par l’État.

La candidate Mariam al-Shehhi a également annoncé son retrait aux élections, l’attribuant à la réception d’un “ordre de l’État” sur la base des questions soulevées dans son programme électoral.

La Fédération internationale des droits de l’homme et du développement (IFRD) a estimé que le retrait des candidats renforçait les doutes quant à la transparence des élections à l’Assemblée nationale des Émirats arabes unis.

Elle a déclaré que les prochaines élections aux EAU se dérouleraient dans un environnement politique non démocratique.

La FIDH a appelé Abu Dhabi à respecter ses obligations en matière de droits de l’homme.