Emirates Fuites

Arabtec supprime des milliers d’emplois

13

L’entreprise de construction Arabtec, à Dubaï, a de nouveau licencié des milliers de travailleurs ces dernières semaines, selon certaines sources, alors que l’entreprise se prépare à être liquidée après que la pandémie de coronavirus ait aggravé ses difficultés financières.

En septembre, les actionnaires d’Arabtec Holding ont autorisé le conseil d’administration à demander la liquidation de l’entreprise en raison de sa situation financière intenable.

La société, qui a participé à la construction du Louvre à Abu Dhabi et du plus haut gratte-ciel du monde, le Burj Khalifa à Dubaï, a subi une perte de 216,18 millions de dollars au premier semestre, accumulant des pertes de près de 400 millions de dollars.

Arabtec a licencié plus de 5 000 employés en deux semaines, principalement des ouvriers, ont déclaré à Reuters deux sources.

Des dizaines d’ouvriers qui se sont rassemblés devant un immeuble d’Arabtec à Dubaï ont également déclaré qu’ils avaient tous été licenciés au cours des deux dernières semaines.

Les travailleurs ont ajouté qu’ils espéraient retourner dans leurs pays d’origine, le Pakistan, le Bangladesh, le Népal et l’Inde.

“Les travailleurs restent seulement à la maison et attendent leurs billets maintenant”, a déclaré un travailleur. Plusieurs ouvriers ont dit que la compagnie leur fournirait les billets”.

Les travailleurs à bas salaires de l’ensemble du Golfe, dans des secteurs comme la construction, vivent généralement dans des dortoirs partagés dans des blocs d’hébergement gérés par la compagnie.

Ces travailleurs ont généralement leur visa parrainé par l’employeur – un système appelé kafala – et doivent donc quitter le pays s’ils perdent leur emploi.

Les travailleurs ont déclaré que personne dans ce bloc d’hébergement particulier n’avait plus de travail et que des “milliers” d’emplois avaient été supprimés.

Arabtec n’a pas répondu à une demande de commentaires de Reuters.

Arabtec comptait 40 000 employés à la fin de l’année dernière. En juin, avant la décision de liquidation, Reuters a signalé que 3 000 travailleurs manuels et 300 autres employés avaient été licenciés au cours des deux mois précédents.

Des sources ont déclaré dimanche qu’Arabtec avait fait appel à un conseiller principal de l’investisseur d’État Mubadala – qui détient 34 % des parts d’Arabtec – en tant que directeur financier intérimaire pour l’aider dans ses plans de liquidation.