Emirates Fuites

Des responsables yéménites visés par Pegasus

15

Les Émirats arabes unis auraient utilisé le logiciel espion israélien Pegasus pour pirater des fonctionnaires du gouvernement du Yémen, reconnu internationalement.

Un rapport publié récemment a révélé que le président du Yémen, ainsi qu’un certain nombre de membres de sa famille et d’assistants, ont été visés par le logiciel espion.

Le rapport a également révélé des preuves que des hauts fonctionnaires et des ministres ont été ciblés, comme le premier ministre, le ministre de l’information, le ministre de l’intérieur et d’autres.

“Je ne suis pas surpris” par cette révélation car il “s’attendait à de telles actions de la part des EAU”, a déclaré al-Jabwani à AA.

“Les EAU sont un État policier qui se livre à toutes sortes de travaux illégaux tels que l’espionnage, les assassinats organisés, la construction de prisons secrètes, la destruction du tissu social et la division des pays, tout cela a été pratiqué au Yémen par les EAU”, a déclaré al-Jabwani, qui a été ministre des Transports entre décembre 2017 et décembre 2020.

Selon les fuites, le logiciel espion Pegasus avait été utilisé dans le piratage de smartphones appartenant à des journalistes, des responsables gouvernementaux et des militants des droits de l’homme à l’échelle mondiale.

Les Émirats arabes unis ont démenti les allégations d’espionnage, déclarant dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères que “les allégations prétendant que les Émirats arabes unis font partie d’un certain nombre de pays accusés de surveillance présumée visant des journalistes et des individus n’ont aucune base probante.”

Les EAU sont membres de la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite contre les rebelles houthis. La coalition a lancé une campagne aérienne massive contre le mouvement rebelle soutenu par l’Iran en 2015 pour faire reculer les gains militaires des Houthis au Yémen.

Les rebelles ont envahi la majeure partie du Yémen, y compris la capitale Sanaa, en 2014, forçant le gouvernement Hadi à fuir en Arabie saoudite.

“Je ne m’en souciais pas car je n’avais pas de secrets à cacher. J’avais l’habitude d’aller travailler le matin sans savoir si je rentrerais chez moi ou non”, a-t-il déclaré. Al-Jabwani a déclaré que le fait que son nom figure sur la liste des cibles à surveiller était un “acte normal pour les Émirats arabes unis”, car ils le considèrent comme un “ennemi numéro un” en raison de ses prises de position contre les pratiques des Émirats au Yémen.

“Dès le premier moment de mon travail au ministère des transports, j’ai exprimé franchement et publiquement mes opinions contre les EAU. Le fait de nous espionner montre la nature diabolique de ce pays”, a-t-il ajouté.

Les observateurs estiment que les EAU ont commencé à espionner le gouvernement de Hadi après leur différend sur la formation du Conseil de transition du Sud (CTS), soutenu par les EAU, en mai 2017. Le différend a été déclenché par le renvoi par Hadi du chef du STC, Aidarus al-Zoubaidi, de son poste de gouverneur d’Aden.

“Les EAU espionnent tout le monde au Yémen, y compris l’Arabie saoudite, le gouvernement légitime et les dirigeants de son allié yéménite, le STC”, a déclaré à AA Abdulsalam Muhammed, président du Centre d’études et de recherche Abaad.

Puisque les EAU ont leur propre stratégie pour contrôler de grandes parties du Yémen, “l’espionnage leur fournit beaucoup d’informations sur les plans du gouvernement concernant les résolutions militaires et politiques pour normaliser la situation dans les zones libérées qui pourraient mettre en danger les intérêts des EAU dans le sud”, a-t-il dit.

Au cours des six dernières années, les EAU ont poursuivi un programme stratégique ambitieux en mer Rouge, en construisant des installations militaires et en s’assurant le contrôle des côtes méridionales du Yémen, le long de la mer d’Oman, dans le détroit de Bab al-Mandab et sur l’île de Socotra.

Muhammed affirme qu’Abu Dhabi a “entravé les projets de l’État” visant à atteindre la stabilité économique et politique dans les zones yéménites libérées des rebelles houthis.

Le gouvernement yéménite n’a pas encore commenté les allégations d’espionnage des EAU.

Al-Jabwani estime toutefois que le gouvernement “ne fera aucun commentaire sur cette question”, affirmant que le Premier ministre yéménite, Muin Abdul Malik, “participe à un programme similaire avec les deux pays de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite”, en référence aux EAU et à l’Arabie saoudite.

De même, Muhammed a déclaré qu’il n’est “pas surprenant que le gouvernement n’ait pas fait de commentaire sur cette question”, puisqu’il n’a pas fait de déclarations sur d’autres questions majeures.

“Le gouvernement sait que cette question est très liée à la relation des EAU avec l’Arabie saoudite, il ne veut donc pas piéger son principal soutien, les Saoudiens, et préfère garder le silence”, a-t-il déclaré.