Emirates Fuites

La Palestine se retire de l’Exposition universelle prévue aux EAU

11

Le gouvernement palestinien a annoncé lundi sa décision de se retirer de l’Exposition universelle prévue à Dubaï aux Émirats arabes unis (EAU) en octobre prochain.

Dans un communiqué de presse publié à l’issue de sa réunion hebdomadaire à Ramallah, le gouvernement a annoncé cette décision en signe de protestation contre l’accord de normalisation des relations entre Israël et les EAU.

Le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh a fait savoir que les membres du gouvernement avaient estimé lors de cette réunion que la démarche effectuée par les EAU consistant à normaliser leurs relations avec Israël constituait “une infraction claire du consensus arabe”.

M. Shtayyeh a également fait valoir que la Palestine refusait la manière dont les EAU exploitaient la cause palestinienne pour “justifier leur décision” de normaliser leurs relations avec Israël.

Plus tôt ce lundi, M. Shtayyeh a déclaré que la signature par les EAU d’un accord de paix avec Israël sous l’égide des États-Unis “était considérée comme un abandon manifeste du consensus arabe sur la cause palestinienne”.

Des manifestants de la Bande de Gaza, ont brûlé, samedi, des portraits du président américain Donald Trump et du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu.

Cela est intervenu lors de deux sit-in organisés à l’initiative du Mouvement Hamas dans les villes de Jabalya (nord) et de Rafah (sud), pour dénoncer l’accord émirati de normalisation des relations avec Israël.

Les participants aux deux sit-in ont brandi les drapeaux palestiniens et des pancartes des slogans hostiles à l’accord de normalisation, dont « La normalisation est une trahison », « L’histoire ne vous le pardonnera pas », « La Palestine n’est pas à vendre ».

Ils ont, également, brûlé des portraits de Trump et de Netanyahu et scandé des slogans hostiles à l’accord de normalisation émirato-israélien, selon les correspondants d’Anadolu.

Ismail Radhwan, dirigeant du Hamas, a déclaré à Anadolu en marge du sit-in de Jabalya : « L’accord de trahison (entre les Emirats et Israel) n’accordera pas la légalité à l’occupation israélienne ».

Il a souligné que l’occupation « ne deviendra jamais un ami des Arabes et des Musulmans ».

« L’accord de normalisation est un marchandage de la Cause palestinienne pour préserver le pouvoir des gouvernants des Emirats », a-t-il poursuivi.

« Ce qu’a décidé la famille régnante aux Emirats ne reflète en rien le peuple émirati ni la Nation arabe et musulmane », a-t-il insisté.

« Le peuple émirati rejette la normalisation et c’est le premier perdant de cet accord dès lors que les convoitises de l’Occupation ne s’arrêtent pas aux frontières de la Palestine, mais les dépassent pour piller les richesses de l’ensemble des pays arabes, en premier lieu, les Emirats », a-t-il encore dit.

Jeudi, le président américain a annoncé, Donald Trump, que les Emirats et Israël sont parvenus à un accord de normalisation des relations, qu’il a qualifié « d’historique ».

Après l’annonce par Trump de l’accord, Netanyahu a affirmé que son gouvernement est attaché au plan d’annexion de territoires palestiniens en Cisjordanie, bien que les Emirats aient justifié la normalisation avec Israël comme moyen pour « préserver la solution à deux Etats », à travers le « gel » par Israël du plan d’annexion.

Lors du sit-in de Rafah, Sobhi Radhouane, dirigeant du Hamas a relevé que « la position des Emirats est une trahison de Jérusalem, d’al-Aqsa et du peuple palestinien ».

« La normalisation avec l’Occupation est rejetée en bloc et quiconque suit cette voie est un traître », a-t-il martelé.

Radhouane a demandé aux Etats arabes de « rejeter la position des Emirats ».

L’accord de normalisation émirato-israélien a été largement dénoncé, à l’intérieur de la Palestine, aussi bien officiellement qu’au plan populaire.

De même, des forces politiques et populaires dans plusieurs pays arabes ont dénoncé cet accord, tandis que l’Egypte, le Bahreïn et le Sultanat d’Oman ont brisé le silence officiel arabe. Le Caire, Manama et Mascate ont félicité Abu Dhabi dans des communiqués officies.

Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Aymen al-Safadi, n’a pas affiché de position claire au sujet de l’accord, laissant entrevoir un certain flou. « Les effets de cet accord seront tributaires de que va faire Israël ultérieurement », a-t-il écrit dans un communiqué.

L’annonce de l’accord de normalisation entre Israël et les Emirats vient couronner une longue série de mesures de coopération de coordination et de contacts et d’échange de visites entre les deux pays.

Ainsi, les Emirats deviennent le troisième pays arabe à conclure un accord de normalisation des relations avec Israël, après l’Egypte en 1979 et la Jordanie en 1994.