Emirates Fuites

ImpACT aborde la négligence des EAU à l’égard des travailleurs migrants pendant les préparations pour l’Expo 2020 de Dubaï

9

À la lumière de la prochaine foire internationale, Dubai Expo 2020, qui se tiendra d’octobre 2021 à mars 2022, ImpACT International for Human Rights Policies constate que les droits des travailleurs migrants aux EAU continuent de se détériorer à un rythme alarmant. Alors que les EAU multiplient les projets de construction et les investissements dans des entreprises internationales, les travailleurs migrants qui en paient le prix sont laissés en danger de mort.

Un nouveau rapport publié par ImpACT International examine en détail les différents aspects des pratiques et des lois du travail des EAU qui ont spécifiquement porté atteinte aux droits et à la vie des travailleurs migrants, dont la plupart sont originaires d’Asie du Sud.

Ces facteurs comprennent le système vicieux de la kafala, l’inégalité des droits du travail et l’inaccessibilité aux structures de soins de santé. À quatre mois seulement de l’ouverture de la foire internationale à quelque 25 millions de personnes, il est essentiel de s’attaquer aux violations du droit du travail commises par les entreprises de construction sous contrat.

Selon les Principes généraux des Nations unies (PGNU), il incombe aux entreprises d’identifier, de prévenir, d’atténuer et de réparer les atteintes aux droits de l’homme. Pourtant, ce que l’on peut observer dans les Émirats arabes unis est tout le contraire. Les entreprises et les sociétés de construction contraignent les travailleurs à signer des documents non traduits, confisquent leurs passeports, les exposent à des horaires de travail extrêmes dans des conditions climatiques dangereuses et leur fournissent des logements insalubres. Toutes ces pratiques ne devraient pas être tolérées.

Le rapport aborde certaines des entreprises qui ont obtenu des contrats de construction à temps pour l’Expo d’octobre, comme la société allemande Koelnmesse, le groupe Transguard, Al Arif Contracting Company, Arabtec et le groupe BinLaden. La réalité est que ces entreprises, ainsi que de nombreuses autres, n’ont pas mis en œuvre de politiques du travail adéquates ni de plans de diligence raisonnable en matière de droits de l’homme, ce qui les conduit à fermer les yeux sur le bien-être de nombre de leurs travailleurs migrants.

En outre, le rapport met en lumière l’un des problèmes les plus importants lors du processus de construction des infrastructures de l’exposition, à savoir le stress thermique et les problèmes de santé liés à la chaleur. Les travailleurs migrants des entreprises de construction sont exposés à des niveaux de chaleur insupportables, ce qui entraîne de nombreux décès et des problèmes de santé liés au cœur.

ImpACT a interviewé des travailleurs afin de décrire leurs expériences personnelles concernant les pratiques de travail inhumaines aux EAU. L’un de ces travailleurs a expliqué que travailler aux EAU avait détruit ses attentes, avec des salaires non payés et l’incapacité de payer sa propre nourriture, la réalité pour de nombreux travailleurs migrants est dure.

Une autre personne interrogée a évoqué son accès limité aux soins de santé, aux médicaments et à la possibilité de demander un congé maladie. Toutes les informations fournies soulignent le manque de soins de santé auxquels les travailleurs ont accès. En plus de cela, il reste le problème sous-jacent du système de Kafala (parrainage) qui enferme les travailleurs et les maintient dans un cercle vicieux d’exploitation du travail, ce qui, à son tour, empêche beaucoup d’entre eux de pouvoir quitter le pays ou de rendre visite aux membres de leur famille.

ImpACT International for Human Rights Policies est convaincu que l’Expo 2020 de Dubaï est un événement important pour les Émirats arabes unis, qui doit s’attaquer à ces violations des droits du travail qui assombrissent la vie des travailleurs migrants.

Avec environ 190 pays participant à l’événement, il n’y a pas de meilleure occasion d’encourager les entreprises à mettre en œuvre la diligence raisonnable en matière de droits de l’homme dans leurs opérations quotidiennes. Ce rapport contient des suggestions sur la manière de traiter cette question pour les gouvernements, les investisseurs, les clients et les entreprises, afin de garantir que la vie des travailleurs ne continue pas à être ignorée au profit du luxe des autres.