Emirates Fuites

L’Union européenne discutera des violations commises par les EAU la semaine prochaine

6

Le Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité de l’Union européenne, Josep Borrell, a annoncé que le dossier des violations des droits de l’homme par les EAU figurerait en tête des discussions avec l’Union la semaine prochaine.

M. Borrell a déclaré que l’Union européenne abordera la question des violations des droits de l’homme dans les EAU lors du prochain cycle de dialogue sur les droits de l’homme avec les EAU, prévu le 9 juin.

Borrell a ajouté que, dans le cadre de la pratique habituelle, l’UE consultera à nouveau les organisations de la société civile et les activistes pour préparer cette réunion.

M. Borrell a déclaré que l’UE suit activement, par l’intermédiaire de sa mission à Abou Dhabi et avec les États membres de l’UE qui y sont représentés, la situation générale des droits de l’homme aux Émirats arabes unis, y compris le cas du militant des droits de l’homme Ahmed Mansoor, qui est détenu, et d’autres cas individuels.

Il a expliqué que l’UE a réitéré sa position de principe sur les défenseurs des droits de l’homme et la liberté d’expression, conformément aux orientations actuelles de l’UE.

En outre, a-t-il ajouté, après la confirmation de la peine de dix ans de prison de Mansoor le 31 décembre 2018 par la Cour suprême fédérale des Émirats arabes unis, l’Union européenne a publiquement affirmé que personne ne devrait être détenu uniquement pour avoir exprimé pacifiquement ses opinions.

Selon M. Borrell, le neuvième dialogue entre l’Union européenne et les Émirats arabes unis sur les droits de l’homme, qui s’est tenu le 22 février 2020 à Bruxelles, a représenté une autre occasion de discuter des questions pertinentes qui préoccupent les autorités émiriennes, notamment la liberté d’expression, le droit à un procès équitable, les allégations de torture et de mauvais traitements, ainsi que les conditions de détention.

Il a déclaré qu’à cette occasion, l’Union européenne a encouragé les autorités émiriennes à envisager d’adhérer aux principaux traités des Nations unies relatifs aux droits de l’homme et à inviter les procédures spéciales des Nations unies et les ONG internationales.