Emirates Fuites

Fin de l’incident à bord d’un navire au large des Emirats Arabes Unis

15

Une agence de sécurité maritime britannique a rapporté mardi un « potentiel détournement » d’un navire au large des Émirats arabes unis, cinq jours après une attaque contre un pétrolier dans le Golfe.

L’agence UKMTO (United Kingdom Maritime Trade Operations), qui dépend de la marine britannique, a recommandé aux navires transitant dans la zone de faire preuve d’une « extrême prudence ».

« Les premières informations sont très inquiétantes », a jugé pour sa part la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki à propos de l’incident, mais sans se prononcer sur sa nature. « Nous suivons l’évolution de la situation et nous sommes en contact étroit avec Londres et d’autres partenaires », a-t-elle ajouté.

« Nous avons observé un comportement belliqueux très préoccupant de la part de l’Iran, y compris dans le domaine maritime. (…) En ce qui concerne cet incident, il est toutefois trop tôt pour avancer une explication », a dit de son côté Ned Price, porte-parole du département d’Etat.

Selon des analystes de la société Dryad Global, spécialisée dans la sécurité maritime, le navire en difficulté bat pavillon panaméen et s’appelle « Asphalt Princess ».

Et d’après le site spécialisé MarineTraffic, le navire transporte de l’asphalte et du bitume, et se rendait à Sohar, un port du nord du sultanat d’Oman, pays voisin des Emirats et séparé de l’Iran par le détroit d’Ormuz.

Finalement, mercredi matin, l’incident à bord d’un navire au large des Emirats arabes unis, considéré comme un «potentiel détournement», a pris fin sans dommages, a annoncé mercredi l’agence de sécurité maritime britannique UKMTO. Les personnes qui étaient montées à bord «ont quitté le navire», ce dernier est «en sécurité» et «l’incident est fini», explique l’UKMTO sur son compte Twitter.

Cet incident, survenu non loin de l’embouchure du détroit d’Ormuz, par où transite le tiers du pétrole transporté par voie maritime dans le monde, intervient après une attaque le 29 juillet contre un pétrolier géré par la société d’un milliardaire israélien, Eyal Ofer, qui a fait deux morts : un Britannique et un Roumain.