موقع إخباري يهتم بفضائح و انتهاكات دولة الامارات

EAU : Inquiétude quant au sort d’un détenu omanais au bord du suicide pour ne pas avoir été libéré

128

Le Centre international pour la justice et les droits de l’homme (CIDH) exprime sa profonde inquiétude quant à la situation du détenu omanais, Abdullah al-Shamsi, dans la prison émiratie d’al-Wathba, qui est dans un état de désespoir qui l’a amené à envisager le suicide en raison de son emprisonnement continu et du refus des demandes de libération.

Le centre appelle les autorités émiraties à fournir de toute urgence les soins psychologiques nécessaires à al Shamsi tout en réexaminant son dossier dans lequel il a été condamné à la prison à vie afin de trouver une solution pour mettre fin à ses souffrances. Al Shamsi aurait tenté de se suicider à deux reprises mais d’autres détenus l’ont sauvé, ce qui révèle la détérioration de son état psychologique.

Les autorités ont arrêté le citoyen omanais Abdullah bin Awad al Shamsi le 18 août 2018, sans mandat, et il est resté détenu jusqu’en février 2019, avant que les autorités ne le transfèrent à la prison d’al Wathba. Il a été traduit devant la Cour d’appel fédérale et accusé de « communication avec l’État du Qatar ». Le 6 mai 2020, la Cour d’appel fédérale d’Abou Dhabi a prononcé une condamnation à perpétuité à l’encontre d’al-Shamsi après avoir été suspendue pendant 19 mois, dont 6 mois dans des prisons secrètes et illégales.

Le Groupe de travail sur la détention arbitraire a adopté un avis en mai 2020 concernant la question du détenu omanais Abdullah al-Shamsi, qui se trouve dans la prison d’Al-Wathba aux Émirats depuis 2018. Dans son avis, le Groupe de travail a déclaré que « les autorités doivent invoquer cette base juridique et l’appliquer aux circonstances de l’affaire par le biais d’un mandat d’arrêt, ce qui n’a pas été mis en œuvre dans le cas présent ».

Le Groupe de travail a également déclaré que « M. Al Shamsi ne s’est pas vu accorder le droit d’engager une procédure devant un tribunal afin que celui-ci se prononce sans délai sur la légalité de sa détention, conformément aux articles 3, 8 et 9 de la Déclaration universelle et aux principes 11, 32 et 37 de l’Ensemble de principes ». A la lumière de ces éléments, le Groupe de travail a souligné qu’Al Shamsi était détenu de manière arbitraire et a appelé les autorités à sa libération immédiate.

La mère d’Al-Shamsi avait précédemment confirmé que son fils est en mauvaise santé, puisqu’il souffre de plusieurs maladies physiques et psychologiques, telles que la dépression et des troubles mentaux, en plus de l’hypertension artérielle, du diabète et du cancer du rein. Malgré son mauvais état de santé, al-Shamsi a été jugé et condamné à la prison à vie lors d’un procès qui n’a pas respecté les normes d’équité.

Le Centre international pour la justice et les droits de l’homme exhorte les autorités des Émirats arabes unis à prendre des mesures urgentes et efficaces pour sauver le détenu Abdullah Al Shamsi, qui a fait l’objet d’une arrestation arbitraire et d’une disparition forcée dans des prisons illégales, en plus d’avoir été torturé lors d’interrogatoires pour le forcer à signer des aveux alors qu’il n’avait pas de représentation juridique adéquate. Il appelle également les Émirats arabes unis à respecter l’Ensemble de règles minima des Nations unies pour le traitement des détenus.