موقع إخباري يهتم بفضائح و انتهاكات دولة الامارات

Un projet de loi condamne les EAU pour crimes de blanchiment d’argent

120

Le député démocrate au Etats unis Emanuel Cleaver a présenté un projet de loi condamnant l’incapacité des Émirats arabes unis à lutter contre les activités de blanchiment d’argent menées par des sociétés iraniennes.

Le projet de résolution appelle les EAU à mettre fin aux activités de ces sociétés et à remédier aux éventuelles lacunes de leurs lois en matière de lutte contre le blanchiment de l’argent. Le projet a été renvoyé à la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis pour discussion.

Une enquête de Cash Investigation, diffusé mardi soir sur France 2 s’est intéressé aux circuits de blanchiment de l’argent du trafic de cannabis.

L’argent du trafic de cannabis s’est transféré sans laisser aucune trace au Maroc, à Dubaï pour revenir en France et être réinjecté, débarrassé de son origine douteuse, dans les circuits économiques internationaux.

L’enquête révèle que la première étape consiste à récupérer l’argent des consommateurs de cannabis grâce à un système de collecte de billets par des collecteurs.

Une fois l’argent récupéré, les collecteurs sont chargés de trier et compter les liasses de billets. Ces petites mains du réseau, qui touchent au final 0.3 % des sommes qu’elles transportent, sont le premier maillon de la grande chaîne du blanchiment d’argent mondial.

Une fois l’argent collecté, il sera transféré à quelqu’un d’autre qui le transfère à son tour au Maroc ou en Algérie via le système de transfert d’argent : le Hawala. Un mode de transaction compliqué qui sera illustré par des schémas et une mise en pratique du journaliste dans le souk de Casablanca.

Questionné par les journalistes, Quentin Mugg, capitaine de police à l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière de 2005 à 2015, ne manque pas de qualificatifs pour décrire ces pratiques. Au Maroc, deux « traders de l’underground” – rebaptisés ainsi par le capitaine – sont à la tête d’un des plus gros réseaux de blanchiment, alimenté par l’argent de la drogue. Ces “traders”, ce sont les frères Ech-Chaouti.

Pour utiliser l’argent du trafic, les deux frères ont trouvé la solution : convertir l’argent en or. En Belgique, l’argent est changé en lingots pour faciliter leurs acheminements jusqu’à Dubaï. La ville des Emirats Arabes unis – où 25 % de l’or de toute la planète est acheté ou vendu – devient alors un lieu crucial.

Ce stock de lingots a ensuite été vendu à Caluti Jewellery à Dubaï par le biais d’une fausse société, Ronad International, appartenant au frère de Noureddine, Abdel Wahed Chaouti, qui a blanchi 259 millions d’euros (288 millions de dollars) de un an.

L’or est récupéré par Al Fardan Exchange aux EAU, qui le transfère ensuite à divers pays sous la forme d’investissements dans des entreprises ou de transferts réguliers.

Condamnés à dix ans de prison par contumace en France, les deux frères sont toujours en liberté au Maroc, et toujours pas inquiétés par la justice émiratie.

L’enquête a révélé qu’un réseau de sociétés à Dubaï, aux Émirats arabes unis est impliqué dans le blanchiment de l’argent du trafic de drogue.