موقع إخباري يهتم بفضائح و انتهاكات دولة الامارات

Une campagne sur Twitter pour exiger la libération d’un journaliste yéménite détenu depuis cinq mois à Aden

73

Des journalistes et des activistes ont lancé une campagne sur Twitter pour exiger la libération d’un journaliste yéménite détenu par le Conseil de transition du sud (STC) pour avoir dénoncé les crimes d’Abou Dhabi.

Sous le hashtag #Libérez_Adel_Hassani, les internautes ont souligné le fait que les milices soutenues par les Émirats arabes unis continuent de détenir le journaliste yéménite depuis le 17 septembre.

Le journaliste yéménite Anis Mansour, chef du centre Huna Aden pour les études et du journal Huna Aden, a déclaré que les EAU avaient ordonné l’arrestation du journaliste Al-Hasani pour avoir dévoilé les crimes des EAU dans les médias étrangers.

Les forces du Conseil de transition du sud (STC), soutenues par les Émirats arabes unis, au sud du Yémen, détiennent arbitrairement un journaliste yéménite depuis le 17 septembre 2020, ont déclaré aujourd’hui Human Rights Watch et Mwatana for Human Rights.

Une source proche du journaliste, Adel al-Hasani, a déclaré que les forces de sécurité du STC l’ont enchaîné, menacé et battu pour qu’il avoue avoir utilisé son travail de journaliste pour espionner pour le compte de pays étrangers. Les autorités du STC devraient libérer M. al-Hasani immédiatement et sans condition, à moins qu’il n’ait été accusé d’un délit reconnu. Elles devraient enquêter et prendre des mesures contre les responsables des tortures ou autres mauvais traitements infligés à al-Hasani.

« De plus en plus de journalistes au Yémen sont victimes de menaces, d’intimidation, de violence ou de détention simplement parce qu’ils font leur travail de reportage sur le pays », a déclaré Afrah Nasser, chercheure sur le Yémen à Human Rights Watch. « Le traitement déplorable du Conseil de transition du Sud à l’égard d’Adel Al-Hasani entache encore plus l’épouvantable bilan du conseil et de ses bailleurs de fonds des Émirats arabes unis en matière de droits.”

Adel Al-Hasani collabore régulièrement avec des médias internationaux comme la BBC, CNN, ou encore France 24. Il est actuellement détenu à Aden par le STC. La veille de son arrestation, il avait reçu un appel téléphonique d’un officier du renseignement des Émirats arabes unis (qui soutient le Conseil de transition du sud) lui demandant de cesser ses activités de fixeur. Il travaillait alors avec des reporters étrangers, eux-mêmes arrêtés et détenus durant six jours par la police militaire de Mocha, le 12 septembre, alors qu’ils arrivaient du détroit de Bab Al-Mandab.

Il a travaillé directement avec les journalistes de CNN qui ont révélé en 2019 que l’Arabie Saoudite et les EAU avaient transféré des armes achetées aux États-Unis aux forces liées à Al-Qaïda, aux forces Salafi et à d’autres groupes armés au Yémen, en violation des accords conclus entre l’Arabie Saoudite et les EAU et les États-Unis. Le reportage de CNN, dont al-Hasani était le producteur, a été nominé pour deux Emmy Awards pour les actualités et les documentaires fin 2020.

Human Rights Watch s’est entretenu avec une source ayant une connaissance directe des circonstances de la détention d’al-Hasani, ainsi qu’avec trois de ses proches, son avocat et quatre collègues journalistes. La source a déclaré que le 17 septembre, vers midi, les forces de sécurité du STC ont arrêté al-Hasani dans sa voiture au point de contrôle d’Al-‘Alam, à l’entrée est du gouvernorat d’Aden, et l’ont placé en détention.

Les forces du STC l’ont emmené au poste de contrôle de Dofus, dans le gouvernorat d’Abyan, où elles l’ont gardé pendant quelques heures seul dans une salle d’interrogatoire, l’ont enchaîné et battu à coups de crosse de fusil. Les interrogateurs portaient des uniformes qui indiquaient qu’ils étaient membres d’une force pro-STC connue sous le nom de « brigades de soutien et de renforcement », a déclaré la source.

Plus tard dans la soirée, les forces de sécurité du STC ont transféré al-Hasani dans un autre centre de détention inconnu, où ils l’ont également interrogé et battu, a déclaré la source. Le 19 septembre, les forces du STC ont transféré Al-Hasani à Bir Ahmed, un centre de détention informel dans un camp militaire que le STC contrôle dans le district d’al-Buraika à Aden et l’ont maintenu en isolement jusqu’au 11 octobre.

La source a déclaré que la pièce de Bir Ahmed où Al-Hasani était détenu était sale et n’avait pas de toilettes ni d’accès à l’eau potable. Lors des interrogatoires, le personnel de sécurité du STC a menacé à plusieurs reprises de tuer la famille d’al-Hasani s’il n’avouait pas avoir espionné pour des pays et des groupes étrangers. Plus tard, le personnel du STC a forcé al-Hasani à signer un document admettant qu’il était un espion et comprenant des détails sur son travail pour CNN et comme fixateur pour des journalistes internationaux. Le 12 octobre, al-Hasani a été transféré à la prison d’al-Mansoura à Aden.

Des proches d’al-Hasani ont déclaré à Human Rights Watch qu’ils n’avaient reçu aucune information à son sujet pendant les 25 jours qui ont suivi son arrestation, malgré les recherches et les questions qu’ils ont posées à son sujet dans les postes de police et les centres de détention d’Aden. Ils ont déclaré que les autorités du STC ont nié le détenir et l’ont donc fait disparaître de force. Ses proches n’ont appris où il se trouvait qu’après son transfert à al-Mansoura.

En vertu du droit international, un pays viole l’interdiction des disparitions forcées lorsque ses autorités ou ses agents mettent une personne en détention et qu’ensuite, soit ils nient détenir la personne, soit ils omettent de révéler le lieu où elle se trouve. Les personnes « disparues » courent un risque élevé d’être torturées.

Les autorités du STC n’ont autorisé la femme d’al-Hasani à lui rendre visite que de manière sporadique.

L’avocat d’Al-Hasani a déclaré que le bureau du procureur pénal du STC aurait dû ordonner la libération d’Al-Hasani en raison du manque de preuves matérielles qu’il avait commis un quelconque crime. L’avocat a déclaré que le bureau du procureur lui a dit qu’il avait reçu l’ordre du STC et des responsables des EAU de ne pas libérer Al-Hasani.

Human Rights Watch a écrit au STC et aux autorités des EAU le 5 février 2021, demandant des informations sur l’arrestation et le traitement d’al-Hasani en détention, mais le STC n’a pas répondu et les autorités des EAU ont seulement confirmé la réception de la lettre.