موقع إخباري يهتم بفضائح و انتهاكات دولة الامارات

Une crise immobilière frappe les EAU

68

Le marché de Dubaï a enregistré de nouvelles baisses et des pertes après que Emirates NBD, la plus grande banque de l’émirat, ait mis fin à une série de victoires de quatre jours.

L’indice Dubai Financial Market (DFM) a clôturé la journée sur une baisse de de 0,7%. Le NBD d’Émirats index s’est inscrit en baisse de 2,9%.

Les actions de la banque ont augmenté au cours des dernières sessions après avoir relevé sa limite de participation étrangère à 5%, passant de 5% à 20%.

La banque a également annoncé son intention de porter sa limite de participation étrangère à 40% à l’avenir, après avoir sollicité l’approbation de ses actionnaires et des autorités de réglementation compétentes.

Damac Properties et Arabtec Holding terminent en baisse de 1,2%.

Selon les prévisions économiques, le secteur, qui représente environ 7% du produit intérieur brut de Dubaï, risque de continuer à s’effondrer en raison de l’offre excédentaire et du ralentissement économique engendré par une baisse des cours du pétrole.

À Abou Dhabi, l’indice a laché de 0,2% alors que l’indice de la banque commerciale de Abou Dhabi s’est inscrit en baisse de 1,6%. Mais Aldar Properties a clôturé en hausse de 0,9% après le lancement d’un projet résidentiel sur l’île de Saadiyat, qui, selon la société, devait s’ouvrir à toutes les nationalités.

Il s’agit du premier développement de terrains à être lancé sur l’île de Saadiyate depuis l’introduction de nouvelles lois permettant aux acheteurs étrangers de posséder des terres en pleine propriété dans les zones d’investissement d’Abou Dhabi en avril 2019, a déclaré Aldar dans un communiqué de presse publié ce dimanche.

Les EAU connaissent une crise économique. Abu Dhabi prévoit de demander des emprunts sur le marché international en émettant des obligations libellées en dollars pour la première fois depuis 2017.

L’agence de presse Reuters a annoncé que des obligations émises par les Émirats arabes unis d’une valeur d’au moins un milliard de dollars seraient probablement offertes.

Cette décision témoigne de l’aggravation de la crise économique aux Émirats arabes unis. Les statistiques montrent que seules 8% des familles du pays sont en mesure d’économiser de l’argent.