موقع إخباري يهتم بفضائح و انتهاكات دولة الامارات

 Les EAU contrôlent les ports du Yémen

98

Les Emirats Arabes Unis contrôlent les ports du pays afin de fournir des armes aux rebelles séparatistes d’Aden et d’autres milices, a déclaré le ministre des Transports yéménite, Saleh al-Jibwani.

« Ces derniers jours, les Emirats arabes unis ont lancé des vols au départ et à destination de l’aéroport d’Al Rayyan sans aucune coordination avec le ministère des Transports. Ils utilisent également les ports du pays pour apporter des armes aux rebelles à Aden », a-t-il écrit sur Twitter.

« Nous porterons plainte devant l’OACI, l’Organisation maritime internationale et les organismes internationaux. »

L’aéroport d’Al Rayyan est une base militaire des Emirats arabes unis, membre de la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite. Abou Dhabi refuse de le rouvrir pour des raisons de sécurité, alors que ses forces d’élite Hadrami ont pris le contrôle des villes et des villages de la côte de Hadramawt.

Al-Rayyan International est l’un des aéroports locaux les plus importants après les aéroports de Sanaa et d’Aden. Il a été fermé après la chute de la ville de Mukalla par ‘Al-Qaïda en avril 2015, avant de rouvrir ses portes.

C’est également l’élément vital de quatre gouvernorats, Hadramout et Shabwa qui représentent les gouvernorats les plus riches du Yémen, avec leurs ressources naturelles telles que le pétrole, le gaz et l’or, ainsi que de Socotra, avec sa diversité végétarienne et aquatique, et d’Al-Mahra, qui borde Oman.

Des sources gouvernementales yéménites ont déclaré que Abou Dhabi avait renforcé les capacités militaires des séparatistes à Aden, dans le sud du Yémen, en déployant plus de 300 chars d’assaut, avec l’arrivée des forces saoudiennes et yéménites à Shabwa, dans l’est du pays.

Après les combats déclenchés le 7 août à Aden –siège provisoire du gouvernement–, les affrontements se sont déplacés dans la province voisine d’Abyane puis dans celle de Chabwa, plus au nord.

A Aden, les séparatistes du Conseil de transition du sud (STC) ont pris des bâtiments publics et des positions militaires au gouvernement.

Après avoir été chassé de Sanaa en 2014 par les Houthis, le pouvoir a déclaré Aden « capitale provisoire » du Yémen, où une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite aide le gouvernement Hadi contre ces rebelles issus de l’importante minorité zaïdite concentrée dans le nord du pays.

Le Yémen du Sud était un Etat indépendant avant sa fusion avec le Nord en 1990. Les séparatistes y sont restés puissants.

Le gouvernement yéménite a qualifié vendredi 30 août de « fausses justifications » les déclarations des Émirats arabes unis, qu’il accuse d’avoir mené des raids aériens en soutien à des séparatistes qui affrontent l’armée à Aden, dans le sud du Yémen en guerre.

Vendredi, les Émirats ont confirmé avoir mené cette semaine des raids aériens contre des cibles à Aden, mais ont dit avoir visé des « milices terroristes » et agi en « légitime défense ».

Les Émirats sont l’un des piliers d’une coalition militaire commandée par l’Arabie saoudite soutenant depuis 2015 le président et le gouvernement yéménites face aux Houthis qui se sont emparés de vastes régions du nord du pays, y compris la capitale Sanaa.

Mais depuis début août, un nouveau front s’est ouvert au sein même de cette guerre : des combats ont opposé les forces gouvernementales et les séparatistes voulant l’indépendance du sud du Yémen, et qui avaient pris le contrôle d’Aden.

Le pouvoir a accusé ouvertement les Émirats de les aider militairement, notamment avec des raids aériens contre ses troupes. Aden est devenue la « capitale provisoire » du pouvoir après la prise de Sanaa par les Houthis en 2014.

Les séparatistes ont dit avoir repris Aden aux loyalistes qui la contrôlaient. Les séparatistes l’avaient conquise une première fois le 10 août.

Le gouvernement yéménite, dont le président Abd Rabbo Mansour Hadi vit en exil à Riyad, a rejeté vendredi « les fausses justifications données par les Émirats arabes unis pour dissimuler leurs attaques flagrantes contre les forces armées nationales ».

« La tentative des Émirats arabes unis d’associer le terrorisme à l’armée nationale est simplement une tentative misérable de dissimuler son ciblage flagrant et illégal de l’armée », a déclaré le gouvernement dans un communiqué.

Les Emirats arabes unis (EAU) ont réduit ces derniers mois leurs forces déployées au Yémen

La guerre au Yémen a fait depuis 2014 des dizaines de milliers de morts dont de nombreux civils d’après des ONG, et plongé le pays dans la pire crise humanitaire au monde selon l’ONU.