Emirates Fuites

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett se rendra aux Émirats arabes unis en octobre, selon les médias

11

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett devrait se rendre aux Émirats arabes unis en octobre afin de renforcer les relations bilatérales entre les deux pays, ont rapporté les médias locaux.

La chaîne israélienne Channel 12 a rapporté que la délégation qui accompagnait le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid lors de sa visite dans le pays du Golfe en début de semaine a déclaré que les Emiratis étaient intéressés par un renforcement de la coopération avec Israël “dès que possible”, ajoutant que les responsables émiratis sont “très frustrés” par l’absence de progrès concrets des relations bilatérales au cours des dix mois qui ont suivi la signature des accords de normalisation.

L’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait prévu de se rendre aux Émirats arabes unis en mars, mais ce voyage a été annulé, apparemment en raison d’un différend avec la Jordanie concernant l’utilisation de son espace aérien pour le voyage.

Mardi, M. Lapid a inauguré l’ambassade d’Israël dans la capitale des Émirats arabes unis, Abou Dhabi, la première ambassade d’Israël dans le Golfe, ainsi qu’un consulat à Dubaï.

Les accords de normalisation signés l’année dernière par les Émirats arabes unis et Bahreïn, suivis par le Soudan et le Maroc, ont été dénoncés par les Palestiniens qui ont affirmé que les États avaient abandonné une position unifiée selon laquelle les pays arabes ne feraient la paix qu’après une solution à deux États, dont les négociations sont dans l’impasse depuis des années.

Abou Dhabi a déclaré que l’accord était un effort pour éviter l’annexion prévue par Tel-Aviv de la Cisjordanie occupée. Cependant, les opposants pensent que les efforts de normalisation sont en préparation depuis de nombreuses années, car des responsables israéliens ont effectué des visites officielles aux Émirats arabes unis et ont assisté à des conférences dans le pays, qui n’avait aucun lien diplomatique ou autre avec l’État d’occupation.

Plusieurs accords bilatéraux sur les investissements, le tourisme, les vols directs, la sécurité et les télécommunications ont été signés à la suite de l’accord de paix.