موقع إخباري يهتم بفضائح و انتهاكات دولة الامارات

un Jordanien condamné aux Emirats arabes unis à dix ans de prison

176

La famille du citoyen jordanien, Ahmad al-Atoum, interpellé aux Emirats arabes unis (EAU) a révélé les détails du procès suite auquel il a été condamné à 10 ans de prison.

La famille d’Ahmad al-Atoum raconte au journal Arabi 21 que “son fils a été condamné à 10 ans de prison par la cour d’appel d’Abu Dhabi, annexée au département de la sécurité de l’État, pour avoir commis un acte contre un pays étranger portant atteinte aux relations politiques et pour avoir utilisé des outils informatiques pour diffuser des informations, mettant en danger la sécurité et les intérêts suprêmes de l’État et miner l’ordre public”.

Le tribunal a également accusé al-Atoum d’avoir “diffuser intentionnellement de fausses informations, perturbant la sécurité publique et portant atteinte à l’intérêt public”.

Selon Faris al-Atoum, le frère d’Ahmad, “ce dernier, père de 3 enfants, avait quitté la Jordanie depuis 3 ans, se dirigeant vers les EAU pour travailler”.

“Les autorités émiraties l’ont arrêté le 15 mai, et la famille n’a pu obtenir aucune explication, ni sur le lieu, ni sur les conditions de sa détention”, a-il déclaré, en signalant qu’Ahmed “a été interpellé à cause des publications qu’il postait sur sa page Facebook”.

De son côté, Rahma al-Atoum, la sœur d’Ahmad a ajouté : “C’est vrai, il a l’ahbitude de critiquer la situation politique en Jordanie, et il a toujours évoqué les EAU”, accusant les autorités jordaniennes “d’être complices dans l’affaire de son frère”.

La famille d’al-Atoum a toutefois appelé le gouvernement jordanien à intervenir pour libérer son fils et pour lui offrir un procès équitable.

Par ailleurs, Arabi 21  a souligné que “l’affaire d’al-Atoum rappelait celle du journaliste jordanien Tayseer al-Najjar, libéré par les autorités émiraties, en 2018, après avoir purgé une peine de 3 ans, suite à sa condamnation pour avoir insulter des symboles de l’état”.

Il a indiqué que “des militants, sur les réseaux sociaux, ont lancé une campagne pour exiger la libération des Jordaniens détenus dans les prisons émiraties”, craignant qu’ils soient contaminés par le coronavirus”.

De même, il a déclaré que “l’organisation pour la défense des droits de l’homme “We Record” a publié des vidéos, démontrant les familles des détenus, appelant les EAU à libérer leurs enfants et demandant aux autorités jordaniennes d’intervenir pour les rapatrier”.